Des participations à des missions économique et diplomatique pour flairer des opportunités d’affaires potentielles

Commercialisation, Événements, Nouvelles, Pêche
0
La présidente de LA Renaissance des Îles, Lynn Albert, et le dirigeant de La Moule du Large, Christian Vigneau, ont pris part à une mission économique en Norvège, du 17 au 21 octobre. Ils étaient au nombre d’une délégation d’une quinzaine de chefs d’entreprises et de représentants d’organisations de soutien à la recherche et au transfert de connaissance, dirigée par le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour. ENTENTES DE PARTENARIAT À VENIR Christian Vigneau raconte qu’ils ont notamment participé au BioMarine Business Convention 2016, une conférence internationale sur les biotechnologies marines, à laquelle participaient les représentants de 23 pays. «Je n’ai pas de nouveaux clients directs pour l’instant, dit-il, sauf que c’est certain qu’on a des pourparlers et des   nouvelles idées. Absolument! Comme la Norvège, on le voit qu’il se fait de très belles choses chez nous et qu’à bien des égards on est mieux organisés. Nous avons une bonne expertise. Puis, pour l’avenir, on est très confiants qu’on va garder une communication avec ces gens-là.» Pour sa part, David Courtemanche, le directeur général de Merinov, le Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches, qualifie de criants les besoins mondiaux pour les protéines et les molécules d’origine marine. Il revient d’Oslo avec des ententes de principe en poche, pour la signature prochaine de partenariats avec des centres de recherche complémentaires au sien, afin d’accélérer la recherche en valorisation des produits marins. «Par exemple, quand tu sors un flétan de l’eau et que tu le mets en filets, bien, il y a quand même une grande partie qui est peu valorisée et qui, dans certains cas, va servir de fertilisants, par exemple, ou être dans des usages à très faible valeur ajoutée. Par contre, on sait que certains composés, des molécules, peuvent servir d’intrant dans la fabrication de cosmétiques, de cosméceutiques, de produits pharmaceutiques, dans le médical aussi.» Le prochain BioMarine Business Convention, qui met en relation scientifiques, entreprises et investisseurs, se tiendra à Rimouski, en octobre 2017. MISSION DIPLOMATIQUE D’autre part, l’industrie de la pêche était au cœur des présentations faites aux Îles-de-la-Madeleine à la mi-septembre, dans le cadre d’une mission diplomatique également dirigée par Jean D’Amour pour promouvoir la stratégie maritime de son gouvernement. C’est à l’usine LA Renaissance, modernisée à grands frais ces dernières années, que le ministre des Affaires maritimes s’est arrêté avec sa délégation d’une quinzaine de diplomates étrangers pour vanter les opportunités d’affaires de l’industrie de la pêche. «On a besoin de partenaires en recherche, on a besoin de partenaires en transformation, on a besoin de partenaires de l’industrie, a-t-il expliqué en point de presse. Et, la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que le Québec souhaite collaborer et investir dans le développement de son industrie maritime.» Jean D’Amour était notamment accompagné du sous-ministre adjoint aux pêches et à l’aquaculture commerciales, Aziz Niang, selon qui la stratégie maritime du gouvernement Couillard repose sur une industrie écocertifiée à plus de 50%. «En 2017, nous espérons atteindre 75% des pêcheries écocertifiées pêcherie durable», précise-t-il. L’adjoint parlementaire aux Pêcheries et député des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie n’a lui-même pas manqué d’informer l’auditoire, principalement composé d’Européens, mais aussi d’Américains et même d’Israéliens, des mérites des produits du loup-marin. Quant au directeur des opérations de LA Renaissance, François Albert, il a profité de sa tribune pour faire l’annonce des plus récents développements de l’entreprise pour percer le marché de détail, entre autres, par le commerce en ligne. «Nous   allons avoir nos queues de homard sur les tablettes Costco à partir du mois d’octobre, a-t-il indiqué alors. Et on est en train de développer notre poissonnerie puisque, cet hiver, nous pourrons offrir des commandes «online». On peut expédier à la grandeur du monde!» Notons à ce propos que le ministre D’Amour s’est engagé à faire un suivi de cette mission diplomatique afin, a-t-il indiqué, de permettre à LA Renaissance d’exporter dans le plus grand nombre possible de pays et d’opérer plus de 20 semaines par année. DÉVELOPPEMENT – page 32 – Volume 29,6 – Décembre 2016 - Janvier 2017

300 x 250 Trinav
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Polymos
300 X 250 ZF
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 BAPAP
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Chantier naval Forillon
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Mirapakon
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Raymarine

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux

Hélène Fauteux, journaliste et coordonnatrice de la salle des nouvelles de CFIM, la radio communautaire des Îles-de-la-Madeleine depuis 29 ans. Je collabore à Pêche Impact depuis les premières heures du journal. Diplômée de l'Université Concordia, à Montréal, où je me suis spécialisée en presse électronique, au sein des facultés de communication et de journalisme. J’ai fait mes premières armes dans la presse écrite pendant mes études, au Canada français, à l'hebdo du Haut-Richelieu. Depuis j’habite dans l'archipel madelinot où elle j’ai épousé un pêcheur de homard et j’ai développé une solide expertise du secteur des pêches et de la mariculture, épine dorsale de l'économie locale.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Mot de passe oublié?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net