Un homme d’affaires au MAPAQ

Actualités, Nouvelles, Pêche
0
Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec nomme un homme d’affaires, André Lamontagne, comme ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. L’industrie s’attend à ce qu’il défende ses intérêts, notamment dans le dossier du sébaste. Reste à voir comment il s’y prendra, en l’absence d’un adjoint ou d’une adjointe parlementaire aux pêcheries pour l’épauler. Depuis 2014, M. Lamontagne est député de Johnson, une circonscription du Centre-du-Québec qui inclut Drummondville. Il possède une entreprise d’achat, de remise à neuf, de revente et de location d’hélicoptères depuis 2010. Il a investi dans des entreprises du secteur manufacturier et du commerce électronique au fil des ans. M. Lamontagne a présidé sa firme-conseil en gestion de 2006 à 2009. Il a aussi été propriétaire de supermarchés et d’agences de voyages dans les années 1980 et 1990. L’Association québécoise de l’industrie de la pêche (AQIP) voit sa nomination d’un bon œil. «Étant un homme d’affaires, ça augure bien. Il y a moyen de se comprendre plus facilement», a réagi le directeur général de l’AQIP, Jean-Paul Gagné. LES ATTENTES «On a pas mal de priorités, mais on aimerait lui parler de l’ensemble des plans conjoints. Ça fait plusieurs années qu’on demande un changement à la loi», indique M. Gagné. L’AQIP réclame l’ajout de régisseurs à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec, ce qui nécessite une modification législative puisque leur nombre est inscrit dans la Loi. «Il y avait huit régisseurs au début pour six plans conjoints. Il y a encore huit régisseurs aujourd’hui, pour trente-six plans conjoints! Des fois, la saison est terminée, le produit est vendu et il est digéré, et il n’y a pas de décision encore», illustre M. Gagné. La lenteur des décisions est l’un des   arguments avancés par les crevettiers du Grand Gaspé pour exiger un nouveau mécanisme de fixation des prix par un panel, comme à Terre-Neuve. Le ministre Lamontagne devra défendre les parts historiques du Québec dans le contexte d’une reprise prochaine de la pêche au sébaste, croit le directeur de l’Office des pêcheurs de crevette du Grand Gaspé, Patrice Element. Il devra aussi supporter l’industrie pour développer «un modèle qui fonctionne» dans le sébaste, ajoute M. Element. «On ne pourra pas le faire comme dans les années 1970. Il y a des enjeux de marchés à conquérir ou à reconquérir. Il faudra le pêcher, le traiter autrement, pour qu’il ait assez de valeur pour être intéressant.» Le ministre Lamontagne aura la tâche de revoir les programmes de financement à l’achat d’entreprises de pêche «qui ne sont pas nécessairement alignés avec la valeur des entreprise», remarque M. Element. La pénurie de main-d’œuvre, «un enjeu qui frappe les pêcheurs aussi», devra aussi recevoir l’attention du ministre, ajoute le directeur de l’Office. Il n’a pas été possible de questionner le ministre sur les attentes de l’industrie des pêches. André Lamontagne a décliné la demande d’entrevue de Pêche Impact. Il avait pourtant accordé une entrevue à La Terre de chez nous, le journal des agriculteurs, dès son premier jour à la tête du ministère, le 19 octobre. Le premier ministre François Legault a choisi de ne pas nommer d’adjoint parlementaire chargé des pêches et de l’aquaculture pour épauler le ministre Lamontagne, rompant ainsi une tradition établie par les précédents gouvernements. De 2014 à 2018, le gouvernement Couillard avait nommé adjoint Germain Chevarie, député des Îles-de-la-Madeleine, aux ministres qui se sont succédé à la tête du MAPAQ. Le précédent gouvernement libéral avait attribué ce rôle au député de Gaspé, Georges Mamelonet, de 2009 à 2012. Le gouvernement péquiste de Pauline Marois avait aussi nommé une adjointe parlementaire aux Pêcheries de 2012 à 2014, soit Jeannine Richard, la députée des Îles-de-la-Madeleine. Le gouvernement de la CAQ a tout de même nommé un adjoint parlementaire à M. Lamontagne, mais pas pour les pêches. Le député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, est responsable du volet agriculture du MAPAQ (à ne pas confondre avec l’autre Éric Girard de la CAQ, qui est ministre des Finances). SCÈNE PROVINCIALE – page 3 – Volume 31,5 – Décembre 2018 – Janvier 2019

300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Diesel-Bec
300 x 250 Trinav
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Chantier naval Forillon
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Polymos
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Mirapakon
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 BAPAP
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Raymarine
300 X 250 ZF
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Wajax Volvo Penta

À propos de l'auteur : 

Geneviève Gélinas

Geneviève Gélinas travaille comme journaliste pour Graffici et à la pige principalement pour Le Soleil et The Spec. Elle se fait un plaisir de plonger dans le monde des pêches et de l’aquaculture plusieurs fois par année pour le compte de Pêche Impact. Elle s’est fixée à Gaspé pour de bon en 2002, après des études à l’Université de Montréal où elle a complété un certificat en journalisme et un baccalauréat en musique. Née et élevée à Yamachiche en Mauricie, rien ne la destinait à faire sa vie en Gaspésie, sinon des racines à Mont-Louis côté maternel. Elle a débarqué ses bagages à Gaspé, en 2002, et ne les a plus refaits depuis, sinon pour voyager avec son conjoint et leurs deux jeunes Gaspésiens, de souche ceux-là!

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Mot de passe oublié?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net