Quai de Rimouski : des pêcheurs craignent pour leur vie

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Les pêcheurs de Rimouski appréhendent non seulement d’endommager leur bateau lorsqu’ils entrent au quai de Rimouski, mais ils craignent aussi pour leur vie. C’est du moins ce que soutient le président du Comité permanent sur la sécurité des bateaux de pêche du Québec, Marc Doucet.

«C’est plus dangereux de rentrer au quai que de sortir en mer et d’affronter le mauvais temps, croit le crabier. On a toujours peur de briser notre bateau. Les gars doivent parfois sauter dans le bateau parce qu’on craint d’accoster.»

C’est la raison pour laquelle le capitaine propriétaire du Bicois a préféré sortir en mer en pleine tempête le 5 avril plutôt que de risquer que son embarcation se fracasse contre la structure. «J’ai sorti au large avec des rafales de 45 à 50 nœuds, raconte le pêcheur du Bic. J’ai été deux heures à me faire brasser avec mon équipage. Un autre pêcheur a fait comme moi. C’est un problème qui est là depuis la construction du quai. On n’a jamais été à l’abri sur ce quai-là. On est chanceux qu’il n’y a rien qui soit arrivé!»

SERVICES INEXISTANTS

Marc Doucet déplore la désuétude des installations. «Les bornes d’eau sont là, mais tout est rouillé, ça ne marche pas, critique-t-il. Il n’y a jamais eu d’entretien de fait. On n’a jamais entendu parler de sommes et d’investissements au quai de Rimouski. Pour la Technopole maritime et pour une ville qui possède un institut maritime, on n’a même pas de quai qui mérite ce nom!»

«Il n’y a pas d’eau, pas d’électricité, continue-t-il. Quand tu rentres aux autres ports, il y a des machines à glace et des bornes pour l’eau. À Matane, Sainte-Anne-des-Monts et Tourelle, tu as de l’électricité et des services. Ici, on paie aussi cher de frais de quaiage et on n’a pas de services! Pour les vidanges, c’est Roberto Blanchette des Pêcheries de l’Estuaire qui fournit les conteneurs et nous, on paie pour ça entre pêcheurs.»

TRAVAUX À VENIR

M. Doucet demande que le ministère fédéral des Pêches et Océans (MPO) construise une digue de pierre pour protéger les bateaux des vents du nord-est. Le MPO est propriétaire du brise-lame et de certains ponts flottants. Le reste est la propriété de Transports Canada. «On est en discussion avec la Ville de Rimouski depuis plusieurs années pour les actifs qui appartiennent à Pêches et Océans Canada, souligne le directeur régional des ports pour petits bateaux du Ministère, Bernard Beaudoin. C’est une priorité pour nous.»

Deux options sont envisageables: soit le Ministère fait les travaux et cède le quai à la Ville, soit il fait les plans et devis et la Ville effectue les travaux. «Dans le cas de Rimouski, on n’a pas statué définitivement sur le scénario à adopter, indique M. Beaudoin. Ça se poursuit au cours des prochains mois. On est en attente du budget pour finaliser le dossier.»

Selon le porte-parole du MPO, il n’y a aucun changement prévu à la configuration de la jetée actuelle. Il est plutôt recommandé de construire une structure en forme d’Y afin de créer une entrave à l’entrée du port pour empêcher les vagues de venir frapper contre le quai. «On a fait des études d’agitation pour optimiser l’axe à prendre», précise le fonctionnaire.

«Avec M. Beaudoin, ça a toujours été comme ça, se désole le président du Comité permanent sur la sécurité des bateaux de pêche. Ce sont des promesses politiques. Mais, si ça continue, il va y avoir des pertes de vie. Ça fera moins de monde pour aller voter!»

Le porte-parole refuse, quant à lui, d’avancer une estimation du budget nécessaire aux travaux. Cependant, selon nos informations, les coûts s’élèveraient entre 5 et 8 millions$ alors que les activités de pêche et du traversier CNM Évolution à la marina de Rimouski génèrent annuellement quelque 35 millions $ en retombées économiques.

INFRASTRUCTURES PORTUAIRES – page 37 – Volume 31,2 – Avril-Mai 2018

300 X 250 Marentrack
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Polymos
300 X 250 ZF
300 X 250 Kohler Marine
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Marindustriel
300 x 250 Trinav
300 X 250 Mackay Marine

À propos de l'auteur : 

Johanne Fournier
communicationriviereblanche@gmail.com'

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net