Bilan de la chasse aux phoques du Groenland : une courte activité d’à peine 2 semaines

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Pêches et Océans Canada  rapporte la capture de 1 978 phoques du Groenland dans le secteur des Îles-de-la-Madeleine pour la saison 2020, qui n’aura tout au plus duré que deux semaines.

L’escouade du JEAN MATHIEU a notamment atteint son objectif de 1 500 juvéniles en 6 jours, pour répondre aux besoins en viande de SeaDNA. En fait,  l’entreprise spécialisée dans les produits du phoque vise un approvisionnement annuel de 2 000 carcasses pour satisfaire la demande du marché, en particulier celle de la restauration québécoise.

Son président, le boucher-chasseur Réjean Vigneau, explique qu’on a dû limiter les captures, non pas à cause de capacité de chargement du navire, mais plutôt pour s’adapter à sa propre capacité de production de coupes de filet et d’épau-le à l’abattoir régional de Havre-aux-Maisons.

«C’est aussi une question d’espace de rangement et de main-d’œuvre, dit-il. On devait retourner pour chasser les phoques du Groenland adultes du côté de Terre-Neuve, en avril, mais à cause de la COVID-19 tous les restaurants sont fermés. Ça fait qu’on a de l’inventaire en masse; on a mis le ’’breaker à off’’. Tout comme pour le crabe, notre produit est congelé et on attend que ça débloque.»

De plus, l’équipage du JEAN MATHIEU a capturé 2 000 phoques gris juvéniles à l’île Pictou, à la fin janvier, pour approvisionner la Boucherie Côte à Côte de Cap-aux-Meules. M. Vigneau, qui en est le copropriétaire, vise un total annuel de 3 500 bêtes, incluant les phoques du Groenland, pour ses différentes découpes de viande et productions de charcuterie avec les retailles. Or, tandis qu’il planifiait initialement faire quelques sorties de chasse en mai et juin au Corps Mort et autour de l’île Brion pour cibler les phoques gris adultes, la COVID-19 vient encore changer ses plans.

«On attend de voir si les restaurants vont rouvrir au début juin, souligne-t-il. Parce qu’à date, avec les retailles des jeunes phoques, on en a assez.»

Enfin, notons qu’encore une fois cette année, Total Océan s’est trouvée contrainte de surseoir aux achats de gras de loup-marin pour en faire une huile riche en Oméga-3. L’entreprise attend toujours la livraison d’un distillateur moléculaire, pièce maîtresse de son usine de Havre-aux-Maisons. La fabrication sur mesure de cet équipement de pointe a été subventionnée à hauteur de 350 000 $ en 2018, par le gouvernement du Québec.

REPÈRE – page 26 – Volume 33,2 Avril-Mai 2020

300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Polymos
300 x 250 Trinav
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 ZF
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Marindustriel
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Yanmar

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net