Chavirement du EMMA JOAN : le BST rend public son rapport D’ENQUÊTE

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

La présence du banc de sable qui a provoqué le chavirement du EMMA JOAN, l’an dernier à Grosse-Île, aux Îles-de-la-Madeleine, n’était pas suffisamment explicite sur le document d’information remis aux pêcheurs par le ministère fédéral des Pêches. C’est ce que conclut le Bureau de la sécurité dans les transports (BST), dans son rapport d’enquête rendu public le lundi 14 mai.

Le gestionnaire du BST Pierre Murray note que le ministère des Pêches et Océans n’avait tracé qu’un diagramme indiquant la profondeur d’eau de la barre sableuse, sans en préciser les coordonnées de latitude et longitude. «Ça fait que si vous avez un GPS pour voir votre position, vous ne pouvez pas faire référence au diagramme comme tel, souligne-t-il. Donc le message, finalement, à la fin du rapport, est que Pêches et Océans, lorsqu’il donne ce genre de graphique aux pêcheurs, qu’il soit vraiment clair et surligné, vraiment clair et concis : où et quoi; où sont les dangers.»

Le EMMA JOAN, un navire de pêche au homard, a culbuté par l’avant en frappant le banc de sable, en route vers l’entrée du havre, le 20 mai 2017. Le BST note qu’une petite bouée temporaire, que le MPO avait placée pour signaler la barre sableuse après un dragage d’urgence, afin d’assurer un début de saison sécuritaire une semaine plus tôt, a rapidement été emportée par la mer. «Il avait mis une bouée de pêche juste au sud du banc de sable, en voulant indiquer physiquement où le sud du banc de sable était. Mais la bouée de pêche n’est pas restée plus qu’une journée. Il y a eu du mauvais temps et la bouée de pêche a disparu. Donc, ce n’était plus indiqué physiquement où le sud du banc de sable était», explique monsieur Murray.

Heureusement, bien qu’ils se soient retrouvés sous la coque quand le EMMA JOAN a renversé, son capitaine Adam Clark et son aide pêcheur, Alexandre Langlois, ont été quittes pour une bonne frousse. Le BST ne signale aucun manquement à la sécurité de leur part.

LES ÎLES EN BREF – page 27 – Volume 31,3 – Juin-Juillet-Aout 2018

300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Polymos
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 CNESST
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 ZF
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 x 250 Trinav
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 x 250 Notus
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 Mackay Marine

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net