Les homardiers madelinots invités à être proactifs en matière de protection des baleines noires

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Le directeur de secteur du ministère des Pêches et des Océans (MPO) aux Îles-de-la-Madeleine, Cédric Arseneau, invite les pêcheurs de homard à être proactifs en matière de protection des baleines noires. C’est que ces derniers critiquent tout de go la proposition du MPO visant les maillons faibles, choisis dans une liste de dispositifs approuvés, pour attacher toutes les bouées et les poids à la ligne verticale des casiers.

Le sujet a fait l’objet de discussions lors de la réunion annuelle du Comité consultatif de gestion du homard, le 11 février. Les acheteurs eux-mêmes pressent les pêcheurs de trouver une solution locale, pour préserver leurs entrées sur le marché américain, explique M. Arseneau. «Les pêcheurs nous disent que les cordages à maillons faibles, pour éviter l’empêtrement des baleines, ça ne fonctionne pas parce que ça va provoquer les pertes d’engins et que ça va accentuer la problématique des engins fantômes, expose Cédric Arseneau. Alors nous, on leur dit faites des recherches, faites des tests; on a des fonds pour vous supporter à trouver des solutions locales.»

En vertu du resserrement du Marine Mammal Protection Act annoncé en 2017, le Canada, tout comme tous les autres pays exportateurs de produits marins aux États-Unis, a jusqu’au mois de novembre 2021 pour démontrer à nos voisins du sud qu’il a adopté des mesures réglementaires similaires aux leurs, pour protéger les mammifères menacés de disparition. Les maillons faibles ayant une certaine résistance à la rupture, sont déjà en place dans les pêches au casier de la Nouvelle-Angleterre. Notons aussi que l’entrée en vigueur de la comparabilité des programmes, qui sera exigée pour avoir accès au marché américain, a été repoussée d’un an, au 1er janvier 2023.

D’autre part, les pêcheurs madelinots font aussi face au défi de préserver la réputation de bonne qualité de leur produit sur les marchés, dans un contexte où les prises se font toujours plus abondantes. Selon les données du MPO, leurs captures ont plus que doublé au cours des 10 dernières années. «Plus de la moitié des pêcheurs n’ont pas de vivier adapté à leurs prises, à bord de leur bateau; c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de vivier assez gros pour leurs prises qui ont augmenté, signale Pierre Déraspe, directeur général de Fruits de Mer Madeleine. À ce niveau-là, il y a eu énormément de pertes l’an dernier, parce que le homard était ramené dans des plats, sur le pont, sans l’eau.»  

À ce propos, le président du Rassemblement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles (RPPCI), Charles Poirier indique que son organisation a justement présenté une demande, dans le cadre du Fonds des pêches du Québec, pour doter chaque bateau de bacs isothermiques et d’un vivier, afin d’assurer la qualité de leur produit au débarquement. «Mais, un coup qu’on a livré notre homard, la balle est dans le camp des producteurs, plaide le président du RPPCI. Il faut que les producteurs aient de bonnes infrastructures – et je sais qu’on s’en vient avec de bonnes infrastructures aux Îles-de-la-Madeleine – mais il y a encore du monde qui met le homard dans les lagunes, où la température de l’eau est trop chaude.»    

«Et quand ce n’est pas dans les lagunes, on voit aussi des «crates» de plastique avec les couvercles au soleil, un peu partout   sur les quais, renchérit Mario Deraspe, président de l’Association des pêcheurs propriétaires des Îles (APPIM). Du côté des acheteurs, on est comme en 1940! C’est sûr que le homard a augmenté, mais il faut que tout le monde, tout au long de la chaîne, y mette du sien.»

LES ÎLES-DE-LA-MADELEINE – page 14 – Volume 34,1 Février-Mars 2021

300 X 250 Polymos
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 ZF
300 x 250 Notus
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Kohler Marine
300 x 250 Trinav
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Latitude Marine
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 CNESST
300 X 250 Yanmar

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net