Production maricole aux Îles-de-la-Madeleine : la consolidation des entreprises demeurent une priorité

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

La production maricole des Îles-de-la-Madeleine était en légère baisse en 2016. Selon un bilan préliminaire du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), les ventes de moules, de pétoncles et d’huîtres des quatre entreprises du territoire sont passées de 300 à 275 tonnes.

Le biologiste François Bourque, conseiller en aquaculture à la direction régionale de Cap-aux-Meules, en attribue la cause à la prédation par les canards, dont les effets se font sentir sur plusieurs années. «Les deux dernières années (2014-2015) ont été quand même assez actives. Les entreprises ont rajouté des espèces, dont principalement l’huître, à leur permis maricole. Donc, on s’attend plus à ce que 2016-2017-2018 soient plus de consolidation, pour justement apprendre à travailler ces espèces-là.»

Le rendement, qualifié de très moyen, des approvisionnements en naissains de moules du bassin de Havre-Aubert figure également parmi les faits saillants de l’année 2016. Il est cependant difficile d’expliquer pourquoi, admet monsieur Bourque, puisque le MAPAQ a mis fin à son programme de monitoring maricole. «Merinov a des travaux, présentement, pour regarder dans les autres lagunes, baie de Plaisance, différentes stratégies d’approvisionnement, précise-t-il; un approvisionnement peut-être plus tardif, quitte à modifier les méthodes actuelles de mise en boudin qui se fait à l’automne. Peut-être reporter au printemps. En tout cas, il y a différentes stratégies qui sont à l’étude présentement.»

Notons également que La Moule du Large s’est portée acquéreuse des deux sites d’élevage de la mye dans la lagune de Havre-aux-Maisons, jusque-là propriété de PGS Noël. Son dirigeant, Christian Vigneau, en relancera les activités en 2017.

DÉFIS

D’autre part, la production d’algues à des fins industrielles pose plusieurs défis pour les mariculteurs madelinots, dont les entreprises génèrent une trentaine d’emplois directs. Les travaux de recherche et développement que mène Merinov depuis l’an dernier, dans le cadre du projet Optimal, démontrent que les algues laminaires poussent à une densité de deux à trois fois plus importante dans la baie de Plaisance qu’en Gaspésie. Cependant, la biologiste chargée de projet, Isabelle Gendron-Lemieux, explique que cette forte densité freine la croissance des plantules qui sont mises en élevage à l’automne. «Il faudrait s’assurer qu’on réduise peut-être la densité à la mise à l’eau en soi; donc sur les collecteurs, il y aurait peut-être ça à travailler, dit-elle. Ou, sinon, peut-être retourner juste avant la période de l’hiver, faire un élagage, un éclaircissement, avec des techniques qui sont employées ailleurs, par   exemple.»

De plus, la croissance des algues laminaires reste faible aux Îles à cause d’un manque de luminosité à 10 mètres de la surface, une profondeur de plus de deux fois supérieure à la norme. Le mariculteur Christian Vigneau explique cette différence d’approche par la nécessité de protéger ses structures contre les glaces et le trafic maritime. Pour compenser, il tente de faire pousser ses algues vers le haut, sur des tiges, plutôt que vers le bas. «Pour voir qu’est-ce que ça va faire avec plus de lumière, fait-il valoir. On sait qu’on a de bons résultats de densité, mais il faut aller chercher de la qualité maintenant. Il faut aller chercher des grandes algues.»

Au moment de la récolte, en juillet dernier, les algues laminaires mises en élevage dans la baie de Plaisance l’automne précédent n’atteignaient qu’une longueur d’environ 75 centimètres, contre une normale de deux mètres. Il reste encore trois ans au projet de recherche et développement Optimal.

MARICULTURE – page 26 – Volume 30,1 – Février-Mars 2017

300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 ZF
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Polymos
300 X 250 Kohler Marine
300 x 250 Trinav

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net