SeaDNA diversifie sa production : l’huile de phoque du Groenland au profit des animaux de compagnie

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

SeaDNA diversifie sa production d’huile de phoque du Groenland au profit des animaux de compagnie. Elle commercialise désormais un supplément riche en oméga-3 pour la nourriture des chiens et des chats.

Romy Vaugeois, directrice du développement des affaires et copropriétaire de l’entreprise, à laquelle est associée la Boucherie Côte à Côte de Cap-aux-Meules, explique qu’elle leur propose aussi des gâteries 100 % viande de loup-marin. «On veut utiliser tout l’animal, tout le phoque, dit-elle. Et, il y a des retailles qu’on n’utilise pas pour les humains parce qu’il y a du gras. Donc, ça, c’est une des raisons. Mais c’est aussi un marché aussi intéressant que pour les humains, parce que l’huile de loup-marin, c’est super bon pour leur poil, pour ceux qui ont des problèmes d’articulation, pour leur système immunitaire.»

Et, alors qu’elle amorce sa quatrième année d’opération, SeaDNA a également décidé de réduire son emphase sur le marché asiatique; quoique ça ne l’ait pas empêché de participer à une mission économique au Japon, en février, avec le gouvernement du Québec. Mme Vaugeois précise qu’elle veut se concentrer sur les consommateurs canadiens. «Il y a quand même beaucoup de Chinois au Canada, et les premières années on a surtout travaillé sur le Québec et l’Ontario; la proximité. Et, ce sont de plus gros marchés. Mais j’ai hâte de voir (la réponse du marché pour ces produits) pour les animaux. Je sais   que ceux de Vancouver, de la Colombie-Britannique, sont forts sur les animaux.»  

Notons que, tout comme par les années passées, SeaDNA mise sur les approvisionnements terre-neuviens, pour satisfaire ses besoins en matière première.

TOTAL OCÉAN      

Pour sa part, Total Océan est dans l’attente d’un équipement de purification de l’huile de loup-marin, qui sera fabriqué sur mesure, aux États-Unis. La Banque de développement du Canada a accepté, en mars, de cautionner son emprunt, pour l’investissement d’un million de dollars. Le président de l’entreprise, François Gaulin, indique que cette caution était cruciale parce que ce qui sera la pièce maîtresse de son usine n’existe pas encore sur le marché. «Donc, elle doit être construite de A à Z, dit-il. Et, avant qu’il y ait un fameux numéro de série sur cette machine, il n’y a pas une banque canadienne qui peut financer ça. Donc, ça nous prend la BDC qui embarque entre les deux.»

Entretemps, Total Océan a atteint la capacité de stockage de son usine de Havre-aux-Maisons, avec le gras de 1 200 phoques gris capturés à Pictou, à la fin janvier. Ainsi, d’ici à ce que lui soit livré son purificateur d’huile, elle doit se passer de l’offre de la saison 2019, de la part des chasseurs de phoques du Groenland. «De voir la capacité de stockage, ça nous a aussi permis de voir à quelle vitesse on peut transformer; qu’est-ce qui fait du sens, souligne M. Gaulin. Les employés avec nous sont absolument fantastiques. On a été capables de bouger, de s’ajuster, comme on dit en bon Québécois, sur un dix sous. Donc, on est très confiant.»

Le président de Total Océan espère pour l’été, l’installation du purificateur d’huile. Cet équipement de pointe lui permettra d’opérer en continu, environ 10 mois par année.

DIVERSIFICATION – page 31 – Volume 32,2 Avril-Mai 2019

300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 Diesel-Bec
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Raymarine
300 x 250 Trinav
300 x 250 Notus
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Yanmar
300 X 250 CNESST
300 X 250 ZF
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Polymos
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Hydraunav

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net