Un programme scientifique sera établi pour la levée du moratoire de la pêche au sébaste de l’Unité 1

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

La levée du moratoire sur la pêche au sébaste de l’Unité 1 du golfe du Saint-Laurent, prévue cette année, sera assortie d’un programme scientifique de deux ans. C’est, du moins, ce qui a été convenu à la réunion du comité consultatif de gestion qui s’est tenue à Halifax, le jeudi 10 mai.

Le gestionnaire de Madelipêche, Paul Boudreau, explique qu’on cherchera à départager les zones de pêche du sébaste mentella, d’une abondance sans précédent, de celles du sébaste fasciatus, dont la quantité est moindre. «Généralement, le mentella est dans des zones plus profondes que le fasciatus, dit-il. Est-ce qu’on peut y aller, sélectionner par profondeur du poisson? Est-ce qu’on peut y aller par zone de pêche? Et cetera. C’est ce qu’il faut essayer de découvrir.»

L’industrie et le ministère des Pêches et des Océans conviennent également d’établir les quotas à 4 500 tonnes métriques en 2018, puis à 8 500 tonnes en 2019. Monsieur Boudreau précise que les volumes plus élevés, qui avaient fait consensus lors d’une précédente réunion à Montréal à la fin mars, incluaient finalement la portion de l’Unité 2, hors golfe. «Ce n’est pas de quoi qui avait été bien compris par tous les participants qui n’avaient pas tous la même évaluation, souligne le gestionnaire de Madelipêche. Malgré tout, parce que le poisson va être petit et que les marchés sont moins forts sur le petit poisson, on pense que pour les deux prochaines années ça va être suffisant, très bien suffisant.»

Ces propositions de gestion restent à être approuvées par le ministre Dominic LeBLanc. Madelipêche espère qu’il respectera, par le fait même, sa part historique dans la répartition de la ressource. Rappelons que, selon la plus récente évaluation scientifique du stock, la biomasse de sébaste du golfe du Saint-Laurent est évaluée à 2,5 millions de tonnes métriques, soit un volume de trois à cinq fois supérieur à celui qui a supporté la pêcherie dans les années 1970-1980. Les poissons nés en 2011, dont la moitié atteindra la taille commerciale de 22 centimètres cet été, comptent eux-mêmes pour 80 % de cette biomasse renouvelée.

La part historique de l’entreprise des Îles-de-la-Madeleine compte pour 80 % des contingents québécois de  l’Unité 1,   incluant ceux de pêche compétitive réservés aux moins de 65 pieds. L’entreprise a aussi un accès marginal aux Unités 2 et 3 hors golfe.

LES POISSONS DE FOND – page 21 – Volume 31,3 – Juin-Juillet-Aout 2018

300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Techno Soude Marine
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Polymos
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 ZF
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Yanmar
300 x 250 Trinav
300 X 250 Wajax Volvo Penta

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net