Ailleurs au Québec

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

En 2019, le MPO a décidé de faire des relevés scientifiques à chaque année plutôt qu’aux deux ans, pour faire le suivi des stocks de pétoncle tant des Îles-de-la-Madeleine que de Minganie en Côte-Nord, où on pêche le pétoncle d’Islande. Rénald Belley a cependant dû surseoir à cette décision l’an dernier, en raison de la pandémie de COVID-19. «En mai dernier, en Minganie, tout le monde était à l’arrêt, rappelle-t-il. Et aux Îles-de-la-Madeleine, au mois d’août, on a jugé que ce n’était pas absolument prioritaire ou essentiel de le faire en 2020, puisqu’on y fait des relevés depuis une trentaine d’années aux deux ans. Cependant, pour cette année, en 2021, on prévoit être en Minganie au mois de mai et aux Îles-de-la-Madeleine au mois d’août, comme prévu.»

Les deux-tiers des débarquements québécois de pétoncle proviennent de l’archipel madelinot, contre  33 % pour la Côte-Nord et 1 % en Gaspésie. Sur la Côte-Nord, M. Belley indique que la zone 16A1 est devenue une importante zone de pêche en 2017. «Avant ça, la dernière pêche remontait à 2009, alors qu’en 2018 et 2019 ils ont pris leurs TAC (totaux admissibles des captures) et ils les ont même légèrement dépassés.»

Le biologiste de l’IML qualifie d’ailleurs d’assez particulier ce stock du secteur de l’Île Rouge, entre Tadoussac et Les Escoumins. «C’est un endroit où il y a beaucoup de courant. Puis c’est l’endroit le plus à l’ouest de la distribution du pétoncle d’Islande au Québec, et on a un questionnement sur le recrutement. Les captures y sont passées de 10 tonnes en 1998, à 50 tonnes en 1999, et ensuite ça a diminué, explique Rénald Belley. Donc, pour cette zone-là, on est un petit peu plus prudent dans nos recommandations parce qu’on ne sait pas s’il y a un apport larvaire suffisant pour pouvoir garder un niveau à environ 10 tonnes de TAC par année.»

D’autre part, dans la principale zone 16E, entre Longue-Pointe-de-Mingan et Havre-Saint-Pierre, les densités de pétoncles d’Islande de 70 mm – une taille non pas légalement commerciale, mais définie comme étant rentable pour les pêcheurs – sont en diminution constante depuis le début des relevés du MPO. «C’est bas pour les densités 70 mm et plus et on observe aussi une diminution chez les petits pétoncles, relève M. Belley. Cependant, à l’intérieur des îles Mingan, on voit des densités intéressantes de petits pétoncles qui sont arrivés. Alors, on suggère de réduire au maximum la pêche à l’intérieur des îles, pour leur permettre justement de grandir et d’être éventuellement disponibles à la pêche et pour aider à la reproduction.»

Enfin, en ce qui concerne la Gaspésie, la pêche aux pétoncles est plutôt marginale. «C’est une pêche relativement petite; c’est assez minimal comme débarquement au Québec, note Rénald Belley. Tout est plutôt stable selon ce qu’on suit comme indicateurs. La recommandation c’est que si on continue comme ça, on ne voit pas de changements importants qui devraient arriver d’ici la prochaine évaluation des stocks en 2022.»

Signalons à ce dernier propos que ce n’est que pour les Îles-de-la-Madeleine que le MPO fait une mise à jour annuelle de son évaluation scientifique triennale, afin de faire une recommandation sur le nombre de jours de pêche.

LES MOLLUSQUES – page 26-2 – Volume 34,2 Avril-Mai 2021

300 X 250 Desjardins
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Marentrack
300 x 250 Trinav
300 X 250 Polymos
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 ZF
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Hydraunav

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net