Bateau de pêche 100% électrique ? Grosse économie d’énergie, mais non rentable pour l’instant

Actualités, Nouvelles, Pêche, R&D
0

La conversion de la flotte de pêche au homard au moteur électrique engendrerait une économie annuelle de 70% en fourniture d’énergie. C’est ce qui ressort d’une étude produite par des étudiants en   fin de baccalauréat au programme de Génie électrique de l’Université de Sherbrooke. Le projet Nautilus visait à concevoir le prototype miniaturisé d’un bateau 100% électrique dans le but d’en démontrer la faisabilité à grande échelle.

«On évalue les couts de recharge, au niveau du modèle électrique, à 2 000 $ par année, précise David Leclerc-Fafard, l’un des 10 membres de l’équipe Nautilus. Et on évalue aussi, au niveau de l’essence en ce moment, au prix que le diésel est présentement, que le pêcheur dépense environ de 6 000 $ à 7 000 $ par saison. Donc, c’est une économie grosso modo de 4 000 $ à 5 000 $ par année.»

RENTABILITÉ À VENIR

Le projet de propulsion électrique n’est toutefois pas viable sur le plan économique pour l’instant, puisque les batteries au lithium ion, dont il faudrait doter les bateaux électriques, coutent actuellement 550 000 $ chez les fabricants certifiés. Cependant, le Madelinot Didier Leblanc de Gros Cap, également membre de l’équipe Nautilus, affirme que ce prix est appelé à baisser rapidement dans un horizon de cinq ans. «On a des projections qui nous disent que le prix des batteries va chuter drastiquement dans les prochaines années, dit-il. On parle même de 10 fois moins cher que le prix que nous avons évalué. Ça fait que, de ce point de vue-là, on pourrait penser que le projet pourrait devenir rentable, vraiment, dans les prochaines années.»

Les bateaux propulsés entièrement à l’électricité auraient une autonomie de huit heures. Et, dans un souci de promouvoir complètement les énergies vertes, le projet Nautilus prévoit l’installation de bornes de recharge sur les quais qui seraient elles-mêmes alimentées par des éoliennes et par des panneaux solaires.

Pour sa part, le député des Îles à l’Assemblée nationale et adjoint parlementaire aux Pêcheries, Germain Chevarie, affirme que l’engagement du gouvernement du Québec à développer l’électrification des transports se transposera dans le secteur des pêches. Il a apporté cette précision à la suite de la présentation des étudiants de l’Université de Sherbrooke, faite à l’occasion du Rendez-vous 2015 de l’industrie de la pêche et de la mariculture, en décembre.

INNOVATIONS – page 27 – Volume 29,1 – Février – Mars 2016

300 X 250 CNESST
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Wajax MTU
300 x 250 Conception navale FMP
300 x 250 Notus
300 X 250 Pétroles Poirier
300 x 250 Trinav
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Polymos
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 ZF

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net