Crabe des neiges du golfe du Saint-Laurent : la cohorte 2014 la plus abondante depuis plus de 20 ans !

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

La cohorte 2014 de crabe des neiges du golfe du Saint-Laurent a atteint un niveau d’abondance impressionnant. Selon Bernard Sainte-Marie, chef de la section des invertébrés marins de l’Institut Maurice-Lamontagne, il s’agit de la plus forte classe d’âge depuis 1993.

Le chercheur attribue ce résultat au refroidissement de l’eau ces deux dernières années. «Et ce, alors qu’on voyait une diminution dans nos relevés du recrutement, c’est-à-dire du petit crabe qui s’ajoutait à la population, précise-t-il, parce que les conditions s’en venaient de plus en plus chaudes. Donc, il y avait contraction de l’habitat dans la décennie précédente.»

Il reste à voir si ces nouveaux crabes seront aussi abondants dans une dizaine d’années, lorsqu’ils entreront dans la pêche commerciale. Le problème, c’est que, si la tendance au réchauffement reprend, l’habitat de la ressource ira à nouveau en diminuant. «Le crabe des neiges est très sensible à de petites variations de température à l’intérieur de sa fourchette de température préférée, entre moins un et quatre et cinq degrés (Celcius)», souligne monsieur Sainte-Marie.

EFFETS COMPENSATOIRES    

Malgré tout, le réchauffement soutenu de l’eau du golfe du Saint-Laurent, sous l’effet des changements climatiques, aura des effets tant positifs que négatifs sur la ressource.

D’une part, les femelles se reproduiront chaque année, alors que, actuellement, elles n’ont qu’une seule ponte aux deux ans. De plus, la croissance des crustacés sera plus rapide et leur mue terminale arrivera à une plus grande taille. Cela signifie que les femelles les plus âgées pondront des œufs en plus grand nombre, tandis que les mâles offriront un meilleur rendement à la pêche, affirme Bernard Sainte-Marie. «Le temps pour atteindre la taille commerciale va être réduit et, chez les mâles, ça veut dire des crabes à grosses pinces, donc très intéressants pour la pêche parce qu’ils ont un rendement en chair plus élevé», dit-il.

D’autre part, comme on l’a noté plus haut, à mesure que l’eau se réchauffera, la superficie de l’habitat du crabe des neiges du golfe du Saint-Laurent va se contracter. Il disparaitra totalement lorsque la température du fond dépassera les cinq degrés Celcius. «Pour l’instant, il n’y a pas de cri d’alarme, il n’y a pas de sonnette d’alarme, assure le chercheur de l’IML. Ça va créer une certaine résilience, si on veut, au changement, au réchauffement, jusqu’à un certain point.»

En 2014, la valeur des débarquements de crabe des neiges était de 91,9 millions $ au Québec, selon les données de Pêches et Océans Canada. Leur valeur globale pour l’ensemble de l’Est canadien atteignait 490,4 millions $. Pour 2015, au Québec, selon les données préliminaires, cette valeur est actuellement chiffrée à 84,1 millions $.

BIOLOGIE – page 24 – Volume 28,6 – Décembre 2015 – Janvier 2016

300 X 250 ZF
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Pétroles Poirier
300 x 250 Trinav
300 X 250 Polymos
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net