Espèces aquatiques envahissantes aux Îles-de-la-Madeleine : l’IML déploie une centaine de collecteurs pour empêcher leur propagation

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

L’Institut Maurice-Lamontagne (IML) de Mont-Joli a déployé une centaine de collecteurs d’espèces aquatiques envahissantes sur une dizaine de sites, au mois de mai aux Îles-de-la-Madeleine, pour son suivi annuel visant à en empêcher la propagation.

D’ailleurs, le dirigeant de l’entreprise «Les Moules de culture des Îles», Alain Huet, confirme qu’au contraire de leurs confrères de l’Île-du-Prince-Édouard, les aquaculteurs madelinots n’ont toujours pas subi de pertes depuis que ces envahisseurs sont apparus dans l’archipel, en 2003. «C’est de l’Ascidie jaune qu’on a surtout peur, dit-il, mais tout est sous contrôle.»

À ce propos, la biologiste Nathalie Simard se félicite de ce que cette Ascidie jaune, une espèce de tunicier solitaire originaire de l’Europe du Nord, soit toujours circonscrite aux seuls quais du havre de pêche et de la marina de Cap-aux-Meules. «On a été contents de voir, en remontant nos collecteurs l’automne dernier, que l’Ascidie jaune a beaucoup diminué, affirme la responsable du suivi des espèces envahissantes à l’IML. Et on voit aussi une bonne différence entre les pontons qui ont été nettoyés et repeints (avec un enduit antisalissures) dans le passé, par rapport aux pontons qui sont non-traités. Donc, on pense que c’est quand même une mesure de protection qui semble bien fonctionner.»

L’abondance de deux autres types de tuniciers, le Botrylle étoilé et le Botryloïde violet, est également stable. Ces tuniciers, une espèce d’ascidie dite coloniale, sont présents sur les sites aquacoles en lagune depuis quelques années. «Ils ne sont pas une obstruction majeure, commente Alain Huet. Ils sont là, sur les bouées et sur les infrastructures d’élevage, mais ils ne nuisent pas à la croissance des moules.»

MAUVAISE SURPRISE

L’Institut Maurice-Lamontagne a cependant eu une mauvaise surprise, l’automne dernier, dans ses efforts pour contrôler la propagation des espèces aquatiques envahissantes, en constatant le retour du Diplosoma. Jusqu’alors, ce tunicier colonial exotique n’avait été vu qu’en 2008, en un endroit très localisé de la marina de Havre-Aubert. Or, Nathalie Simard rapporte qu’il a refait surface en abondance importante, neuf ans plus tard. De 30 % à 40 % de la superficie du quai principal de la marina en était recouverte, dit-elle. «Ce qui est assez important, si on considère que l’année précédente, il n’y en avait pas. Et en plus, c’était des nouvelles planches. Donc, on est certain que c’est une nouvelle colonisation, puisque le quai avait été restauré au début de l’année», précise la biologiste.

Quant au vorace crabe vert, bien que l’IML ait doublé ses efforts de capture l’an dernier, il n’en a repéré que deux. Madame Simard prévient cependant que l’espèce n’est toujours pas éradiquée, et appelle à la vigilance.

REPÈRE – page 26 – Volume 31,3 – Juin-Juillet-Aout 2018

300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Yanmar
300 X 250 ZF
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 x 250 Conception navale FMP
300 x 250 Notus
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 CNESST
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Marindustriel
300 x 250 Trinav
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Polymos
300 X 250 Électro-Démarreur

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net