mardi, avril 23, 2024
AccueilNouvellesActualitésL’ACPG développe un nouveau modèle de chalut semi-pélagique en vue de la...

L’ACPG développe un nouveau modèle de chalut semi-pélagique en vue de la relance de la pêche au sébaste

L’Association des capitaines-propriétaires de la Gaspésie (ACPG) a bien hâte de tester en mer le nouveau modèle de chalut semi-pélagique que sa division Atelier Agrès de pêche ACPG a développé ces deux dernières années, en vue de la relance de la pêche au sébaste. Selon Claudio Berntachez, directeur général de l’ACPG, ce nouvel engin de pêche se distingue tant par sa sélectivité interspécifique, qui lui permet de minimiser les prises accessoires, que par ses panneaux volants et son hydrodynamisme.

«On s’est inspiré de modèles existants que nous avons adaptés en vue d’une pêche durable, fait valoir M. Bernatchez. Grâce aux panneaux volants, on ne touche pas les fonds marins et donc on minimise notre empreinte environnementale. Et en même temps, on a travaillé sur l’hydrodynamisme du chalut de sorte à en diminuer la tire, ce qui fait en sorte qu’on diminue la consommation de carburant du navire et ses émissions et de gaz à effets de serre (GES).»

Pour l’instant, le chalut semi-pélagique de l’ACPG n’a été testé qu’en bassin, au Marine Institute de l’Université Memorial, à Saint John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, en octobre dernier. Aussi M. Bernatchez affirme-t-il que les tests sont concluants. «La maquette du chalut s’est très bien comportée. Il y a eu de légers ajustements à faire pour maximiser son ouverture et le tout s’est déroulé de façon très satisfaisante. On s’attend à une diminution de carburant autour de 10 %, ce qui reste à valider avec les tests en mer quand la pêche va recommencer.»

QUE LE MPO OUVRE SON JEU

Or, pourquoi les capitaines-propriétaires membres de l’ACG ne se prévalent-ils pas du quota de pêche expérimentale au sébaste – qui a été doublé cette année, passant de 2 500 TM à  5 000 TM – pour tester dès maintenant le nouvel équipement en situation réelle? Tout simplement parce que personne n’a les moyens d’investir les quelque 100 000 $ nécessaires à l’achat d’un chalut semi-pélagique sur mesure incluant ses panneaux, tant que le ministère des Pêches et des Océans (MPO) n’aura pas ouvert son jeu sur l’avenir de la pêcherie, nous répond Claudio Bernatchez.

«Effectivement, on pourrait y aller à partir des quotas expérimentaux, mais présentement, ce qui est difficile, c’est qu’il n’y a pas beaucoup d’acheteurs de sébaste au Québec, expose-t-il. Ça fait que c’est difficile d’aller chercher un voyage et, en même temps, de rentabiliser l’achat d’un chalut. Et Atelier Agrès de pêche ACPG n’en garde pas en stock parce personne ne sait qui va avoir les quotas. Pour faire un chalut, il faut savoir pour qui tu le fabriques, pour quel genre de bateau, pour quelle force de moteur. Alors, on attend que notre nouvelle ministre des pêches [Diane Lebouthillier] donne des orientations par rapport aux quotas.»

L’ACPG compte 87 pêcheurs côtiers et semi-hauturiers, de même qu’une entreprise de pêche hauturière propriétaire du Émilien-D, un navire usine de moins de 100 pieds qui permet de cuire et de congeler la crevette dès sa capture. Ce dernier est cependant à quai cette saison en raison de la baisse radicale des quotas de crevette qui affecte la rentabilité de ses opérations. «Mme Lebouthillier est bien au fait de la  situation dans le monde des pêches, souligne M. Bernatchez. Elle sait qu’il y a des flottilles en difficulté, tout comme elle sait que le Québec est uni pour revendiquer le même pourcentage de son quota [historique de sébaste] et pour qu’il soit attribué aux pêcheurs des trois régions du Québec maritime. On souhaite une annonce avant les Fêtes. Alors, c’est une histoire à suivre.»

Notons qu’Atelier Agrès de pêche ACPG a reçu un soutien financier de 44, 687 $ du Fonds des Pêches du Québec, pour ses travaux de recherche et développement qui ont mené à la conception du chalut semi-pélagique dédié à la pêche au sébaste. Cela représente 90 % du coût total du projet, se félicite Claudio Bernatchez.

INNOVATIONS – page 23 – Volume 36,4 Septembre – Octobre – Novembre 2023

300 X 250 CNESST
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Hydraunav
300 x 250 Trinav
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Polymos
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Chantier naval Forillon
300 X 250 Harnois Énergies
300 X 250 Techno Soude Marine
helene.fauteux@icloud.com'
Hélène Fauteux
Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.
ARTICLES RELIÉS
- Annonceurs -
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Chantier naval Forillon
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Harnois Énergies
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Polymos
300 X 250 Wajax MTU
300 x 250 Trinav
300 X 250 CNESST
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ

POPULAIRES