Pêche au sébaste : seule une pêche indicatrice n’est autorisée pour 2020

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Pêches et Océans Canada maintient le statuquo de la gestion du sébaste de l’unité 1 du Golfe. Le Ministère s’en tient donc à une pêche indicatrice de 663 tonnes métriques en 2020, alors que le Québec réclamait la levée du moratoire assortie d’un quota de 10 000 tonnes.

Pour Paul Boudreau, gestionnaire de Madelipêche, la décision fédérale est sans surprise étant donné la crise de la COVID-19. «Le comité consultatif cédulé en mars a été repoussé à l’automne à cause de la COVID, explique-t-il. Et il faut être réaliste : personne, ce printemps, ne voulait se commettre sur le sébaste quand toutes les autres pêcheries étaient incertaines.»

Ainsi, selon M. Boudreau, l’ouverture de la pêche commerciale au sébaste sous moratoire depuis 1995 serait reportée à l’an prochain. Mais encore faudra-t-il que le Comité sur la situation des espèces en péril du Canada (COSEPAC) retire le poisson rouge de sa liste des espèces menacées de disparaître. «Le sébaste est la plus importante ressource du Golfe,  qui atteint un seuil historique de plus de 4,3 millions de tonnes, et il est encore considéré comme une espèce en voie de disparition. C’est un non-sens! s’exclame le gestionnaire de Madelipêche. Ça fait en sorte qu’un organisme comme le COSEPAC perd toute crédibilité sur le marché international.»

FREIN AUX INVESTISSEMENTS 

Paul Boudreau fait d’ailleurs valoir qu’aucun marché n’est intéressé par une espèce sous moratoire et encore moins par une   espèce menacée. De plus, l’industrie elle-même n’investira jamais dans la relance de la pêcherie, dit-il, tant qu’elle ne connaîtra pas les modalités de partage de la ressource. «Sans allocation, personne ne va vouloir investir pour s’équiper pour pêcher, pour transformer ou pour développer des marchés. L’usine veut savoir ce qui est garanti comme allocation pour investir dans le développement de marché. Madelipêche veut savoir si elle investira dans l’achat d’un bateau. Mais pour l’instant personne n’est en mesure d’investir», se désole M. Boudreau. 

Entre temps, la pêche indicatrice au sébaste est ouverte depuis le 15 juin dans les zones 4RST, à des profondeurs de plus de 100 brasses. Un maximum de six participants peut simultanément y prendre part d’ici le 31 octobre.

Cependant, Paul Boudreau fait remarquer que le quota expérimental de 663 tonnes, ou 1,2 millions de livres, n’a jamais été capturé à plus de 50 % au cours de la dernière décennie. En comparaison, Madelipêche transformait de 30 à 35 millions de livres de poisson rouge par année, avant le moratoire.

LES POISSONS DE FOND – page 21 – Volume 33,3 Juin-Juillet-Août 2020

300 X 250 Desjardins
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 ZF
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 x 250 Notus
300 X 250 CNESST
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Hydraunav
300 x 250 Trinav
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Polymos
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net