Prix du homard aux Îles-de-la-Madeleine : l’arbitrage devant la Régie sera nécessaire

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Les acheteurs et les pêcheurs de homard des Îles-de-la-Madeleine ne s’entendent pas sur le prix payé à quai cette année. Les deux parties conviennent avoir manqué de temps pour renégocier la convention de mise en marché du plan conjoint avant le début de la saison de pêche. Les chicanes qui ont mené à la création d’un nouveau rassemblement de pêcheurs et à la démission de leur négociateur en chef en seraient la cause. Les pourparlers se sont donc soldés par un statu quo qui a amené les deux camps à déposer une demande d’arbitrage dès les premières semaines de pêche auprès de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

PÊCHEURS INSATISFAITS

D’une part, les pêcheurs sont insatisfaits du prix reçu pour les quatre premières semaines de leur courte saison de neuf semaines, et ce, même si la moyenne de 6,07 $ la livre représente une hausse de plus de 20% par rapport à la même période l’an dernier. Le directeur intérimaire de l’Office des pêcheurs de homard, Claude Régnier, explique que ses membres restent sur leur faim parce que l’écart avec la balise de référence du Seafood Price Current est de plus de 25 cents. «C’est une certaine amélioration, concède-t-il, mais c’est très loin de la balise et très loin de la possibilité d’un ajustement aussi; ce que les acheteurs refusent systématiquement, disant qu’on remet en cause, de toute façon, l’utilisation d’une balise pour déterminer des ajustements.»

ACHETEURS FRUSTRÉS

D’autre part, les acheteurs sont frustrés que les pêcheurs aient rejeté leurs deux propositions de modification de la convention de mise en marché, dont l’une visait à remplacer la valeur témoin du Seafood Price Current par une grille d’ajustement progressif. Les acheteurs madelinots souhaitaient également modifier leur calendrier de paiement pour mieux l’arrimer à l’écoulement de leurs stocks. Le directeur général de l’Association québécoise de l’industrie de la pêche (AQIP), Jean-Paul Gagné, explique que le calendrier actuel de fixation du prix payé à quai, de lundi en lundi, a fait perdre   517 000 dollars à ses membres l’an dernier. «Quand on vend un inventaire de la semaine précédente où on a payé plus cher, ça n’enlève rien du tout aux pêcheurs, mais nous, on perd de l’argent, dit-il. C’est ça la problématique pour nous autres. Maintenant, on avait trouvé un moyen plus facile, plus équitable. Mais bon, ça marche pas, ça marche pas!»

Sur ce dernier point, l’Office fait valoir que le délai de paiement apparaissait trop long aux yeux des pêcheurs. «Entre le moment où on sortait les homards et le moment réel de la paie qui correspondait à ces homards-là, c’est un délai qui pouvait aller à presque deux semaines, en fait, précise monsieur Régnier. Et puis, ça leur a semblé inacceptable.»

L’AQIP n’a toutefois demandé l’arbitrage que sur la balise de référence du Seafood Price Current qu’elle cherche toujours à abolir. «Le Seafood Price comme balise, on n’y tient pas et on n’en veut plus. Et on va plaider [pour une troisième année consécutive], c’est bien sûr», laisse tomber monsieur Gagné.

La Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec tiendra une seule séance d’arbitrage pour les deux litiges opposant les acheteurs et les pêcheurs sur les prix et la valeur témoin du marché américain. L’audience se tiendra aux Îles-de-la-Madeleine d’ici le début aout.

Réf.: MISE EN MARCHÉ – page 5 – Volume 29,3 – Juin – Juillet 2016

 

300 X 250 Yanmar
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Polymos
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Kohler Marine
300 x 250 Conception navale FMP
300 x 250 Trinav
300 X 250 ZF

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net