Protection des coraux et des éponges: inquiétudes certaines aux Îles-de-la-Madeleine

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

La consultation de Pêches et Océans Canada sur la protection des coraux et éponges dans le golfe du Saint-Laurent a pris fin le vendredi 7 avril. Le ministère vise à limiter les activités de pêche commerciale là où ces espèces se retrouvent en forte concentration.
La directrice régionale de la gestion des pêches, Maryse Lemire, admet que les pêcheurs s’inquiètent de l’impact socio-économique d’une telle mesure. «Au-delà de cela, ils comprennent très bien que c’est en nous fournissant de l’information et en participant aux consultations qu’on va pouvoir développer une proposition qui va minimiser ces impacts-là pour eux», dit-elle pour se faire rassurante.
Il n’en demeure pas moins que les pêcheurs madelinots répugnent tout particulièrement à voir des zones se fermer à la pêche sans perspective de réouverture, explique le président du Rassemblement des pêcheurs et des pêcheuses des côtes des Îles (RPPCÎ), Charles Poirier. «On sait que quand ils ferment un secteur, c’est très dur de le faire réouvrir (sic), fait-il valoir. Disons qu’il y aurait une masse de poissons ou de crustacés qui migrait vers ces zones-là, on sait ce qui s’est passé à l’île Brion. Ils ont fermé il y a déjà X années, et maintenant on a une problématique sur cette île-là et on ne peut plus y aller.»
Même son de cloche chez les semi-hauturiers membres du Regroupement des pêcheurs professionnels des Îles. Denis Éloquin, capitaine du JEAN-MATHIEU, note que certaines des zones visées pour la protection des coraux et des éponges se trouvent dans le chenal laurentien, où il pêche le sébaste. «Des zones en eaux profondes où ce que c’est que nous qui pêchons le sébaste; c’est les mêmes zones que les zones que le MPO veut fermer, mais pas toute la zone, juste une petite partie. Mais c’est inquiétant quand même parce qu’on sait que quand tu commences avec quelque chose, où ça va finir, on ne le sait pas!»
Le gouvernement Trudeau veut faire passer d’un à cinq pour cent le taux de protection des océans du pays d’ici la fin de l’année. L’objectif est de doubler cette cible pour 2020.

Réf.: EN BREF – page 35 – Volume 30,2 – Avril-Mai 2017

300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Kohler Marine
300 x 250 Notus
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Polymos
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 CNESST
300 X 250 Latitude Marine
300 x 250 Trinav
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 ZF

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net