Réchauffement climatique : un effet plutôt positif pour le homard canadien

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

L’Institut Maurice-Lamontagne (IML) se porte en faux contre une récente publication du journal Les Affaires laissant planer un doute sur la pérennité des populations de homard nord-américain. Le journal québécois reprend une déclaration de l’ex-président de l’Association des pêcheurs du Maine, Dave Cousens, au New York Times, selon qui la pêcherie s’effondrera d’ici 30 ans à cause du réchauffement climatique.

LE CANADA N’A PAS À S’INQUIÉTER

En fait, depuis le début des années 1980, le réchauffement graduel des eaux du golfe du Maine a favorisé la progression des débarquements de homard de cet état de la Nouvelle-Angleterre. Or, selon ce que rapporte le New York Times, cette industrie d’un demi-milliard de dollars a vu ses débarquements baisser de 17 %, l’an dernier, passant de 133 à 111 millions de livres, à cause du réchauffement qui s’y poursuit plus rapidement que partout ailleurs dans le monde.

Cependant, le chercheur scientifique Bernard Sainte-Marie, de la Direction des sciences démersales et benthiques de l’IML, explique qu’on assiste plutôt à un changement de distribution des stocks du sud vers le nord. «Il y a un déplacement des centres de productivité des espèces d’eau froide vers le Nord et des espèces tempérées vers le Nord aussi, à mesure que le réchauffement rend les eaux défavorables aux premières – les espèces d’eau froide – ou bien non favorables aux deuxièmes – les espèces d’eaux tempérées ou chaudes.»

Le homard, lui, est une espèce qui est confortable en milieu tempéré, comme le golfe du Saint-Laurent. Les régions de la Gaspésie, de la Côte-Nord et de l’île d’Anticosti profitent d’ailleurs d’une abondance nouvelle, ces dernières années, grâce à un réchauffement de leurs eaux au-delà des 10-12 degrés Celcius, souligne M. Sainte-Marie. «Dix, douze degrés, c’est limite pour qu’il puisse boucler son cycle de vie et être très productif, dit-il. Donc, quelques degrés de réchauffement vont déjà augmenter énormément sa productivité.»

En revanche, une température supérieure à 25-26 degrés Celcius devient létale pour les homards, précise le chercheur de l’IML. Il dit qu’au sud de la Nouvelle-Angleterre, le réchauffement pousse les larves vers le large, dans un habitat moins propice à leur développement.

GUERRE COMMERCIALE

Dans un autre ordre d’idées, les actions de l’administration Trump à l’encontre du commerce international risquent de provoquer une nouvelle récession mondiale, selon l’économiste néo-brunswickois Pierre-Marcel Desjardins. Et l’industrie de la pêche n’y échapperait pas, dit-il. Le professeur titulaire et directeur de l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton appréhende tout particulièrement les impacts qu’auront la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.

De l’avis de M. Desjardins, les droits de douane dont sont frappées les exportations américaines vers la Chine depuis le 6 juillet, pourraient faire mal à l’industrie canadienne du homard. Il explique que ça risque d’augmenter l’offre sur le marché domestique nord-américain et de créer une pression à la baisse sur les prix. «C’est que le homard américain qui ne pourra pas être vendu sur le marché chinois va aboutir en quelque part. Et donc, ça va faire augmenter l’offre sur le marché domestique aux États-Unis et potentiellement sur d’autres marchés où nous sommes présents».

De plus, en réaction à la fermeture du marché chinois, Pierre-Marcel Desjardins croit que le président Trump pourrait décider de faire obstacle au crustacé canadien, par mesure protectionniste. «Si on impose des barrières douanières, des barrières tarifaires à la frontière américaine pour le homard canadien, on réalise que c’est l’effet domino, dit-il; ce sont les tarifs chinois qui ultimement vont nous pénaliser pour le marché américain. Donc, tout ça n’augure absolument pas bien.»

Inversement, les exportateurs canadiens qui font affaire directement avec la Chine, pourraient tirer parti de l’absence de concurrence américaine dans ce pays, concède l’économiste néo-brunswickois. Il note aussi qu’ils sont déjà avantagés par l’entente de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

ENVIRONNEMENT – page 26 – Volume 31,4 – Septembre-Octobre-Novembre 2018

300 X 250 ZF
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Desjardins
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Diesel-Bec
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Polymos
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 CNESST
300 x 250 Trinav
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Mackay Marine
300 x 250 Notus
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Techno Soude Marine

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net