Résidus des usines de transformation des Îles-de-la-Madeleine : des entrepreneurs du Bas-Saint-Laurent s’y intéressent

Actualités, Nouvelles, Pêche, Transformation
0

Deux entrepreneurs du Bas-Saint-Laurent spécialisés en biotechnologies marines sont intéressés à investir dans la valorisation des résidus des usines de transformation des Îles-de-la-Madeleine. C’est ce qu’affirme Alain Grenier, directeur du créneau Accord Res-sources, sciences et technologies marines, qui a organisé une visite d’information et de consultation dans l’archipel au début juillet, dans le but d’y soutenir le potentiel de développement économique. Il explique que la mission exploratoire, à laquelle participaient six invités dont la ministre du Revenu national et députée de la Gaspésie et des Îles, Diane Lebouthillier, les a menés à faire la tournée des entreprises et organisations du secteur, telles que Fruits de Mer Madeleine, La Renaissance des Îles et Total Océan. «Il pourrait éventuellement y avoir des alliances créées suite à ces visites, indique M. Grenier. On parle même à court terme, dans un horizon de six mois.» Le Consortium de recherche et innovations en bioprocédés industriels au Québec, basé dans la Vieille Capitale, était également de la délégation du créneau ACCORD. François Gaulin, président de Total Océan, relève qu’il offre, entre autres, un programme de soutien financier pour la valorisation des résidus marins. «Nous n’avons toutefois rien eu de concret comme discussions, suite à la visite de l’usine, dit-il. Nous n’avons pas eu de feedback.»

ÉCHÉANCE JANVIER 2020

Cela dit, alors que les résidus des usines de transformation des produits marins de l’archipel ne seront plus acceptés au Centre de gestion des matières résiduelles de la Communauté maritime à compter de janvier 2020, M. Gaulin fait remarquer que sa production d’huile de loup-marin en génère très peu. «Grâce à nos procédés de transformation, nous n’avons qu’environ 5 % de résidus de production à valoriser. On pourrait éventuellement s’en servir pour chauffer la bâtisse.» Chez Fruits de Mer Madeleine, par contre, on doit composer avec plusieurs centaines de tonnes de résidus de produits marins par année, représentant jusqu’à 40 % des volumes traités en usine, souligne son directeur général Pierre Deraspe. «C’est une bonne nouvelle de savoir qu’il y a plusieurs personnes intéressées à nous aider à réaliser la solution qu’on a besoin pour aller de l’avant», dit-il. Pour l’instant, il y a des démarches qui ont été entreprises avec le CERMIM (Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes) et d’autres organisations (pour faire du béton vert / Pêche Impact – Juillet 2019). Mais je pense que le premier joueur qui va arriver avec un projet concret va certainement avoir l’opportunité de devenir partenaire, parce qu’il faut trouver une solution à court terme.» Enfin, mentionnons que la mer numérique était aussi un thème central à ce premier Rendez-vous du créneau ACCORD du secteur des pêches, tenu en sol madelinot. Alain Grenier précise que le Centre de développement et de recherche en imagerie numérique de Matane était d’ailleurs présent à cette occasion, pour faire connaître son expertise en matière d’intelligence artificielle. «On peut penser à numériser la mer pour le déclenchement de la pêche aux Îles-de-la-Madeleine, et aussi en Gaspésie, expose-t-il. Mais on peut aussi la numériser pour avoir de plus en plus de données. À l’ère des changements climatiques, par exemple, la science pourrait nous aider grandement dans notre développement.»

 

VALORISATION page 18 – Volume 32,4 Septembre-Octobre-Novembre 2019

300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Polymos
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 ZF
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 CNESST
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Yanmar
300 x 250 Notus
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Marindustriel
300 x 250 Trinav

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net