Retour du sébaste dans le golfe du Saint-Laurent : un optimisme certain pointe à l’horizon

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

L’importante cohorte de sébastes, sur laquelle on fonde les espoirs de rétablissement, à court terme, de la pêche commerciale dans le golfe du Saint-Laurent, est toujours bien présente. C’est ce que révèlent les derniers relevés scientifiques que le ministère des Pêches et des Océans a menés en aout. Le biologiste Claude Brassard, de l’Institut Maurice-Lamontagne (IML), précise que ces poissons nés en 2011 sont en abondance égale, voire supérieure au recrutement de 1981.

«En suivant la cohorte comme on le fait, on va être capable de bien estimer la différence, dit-il. Mais on va aussi essayer d’estimer vraiment son abondance pour la pêche, dès qu’elle va commencer à rentrer dans la pêche. Et, la cohorte 2012, elle serait à peu près, je dirais, peut-être au moins le un cinquième de la cohorte 2011.»

BIENTÔT DE TAILLE COMMERCIALE

Ces poissons nés en 2011 mesurent déjà de 16 à 18 centimètres, alors qu’ils atteindront la taille commerciale de 22 centimètres entre 2017 et 2019. Le biologiste prévient toutefois que le sébaste commence à peine à se reproduire lorsqu’iI n’a que six ou huit ans. «Si vous pêchez dans un stock qui a encore beaucoup de 19 centimètres, ils vont être dans les captures. Ça fait que ça va être une perte de poisson. Est-ce qu’il vaut mieux attendre que tous les poissons aient atteint nos 22 centimètres ? Ça fait que là on tombe plus dans le huit ans, on tombe plus en 2019. Ça fait que ceux qui ont grandi un peu moins vite, les pêcher pour rien, c’est peut-être pas une bonne idée», affirme Claude Brassard.

Il doit bientôt soumettre son nouveau rapport scientifique d’évaluation du stock à la revue par les pairs. Les pêcheurs seront ensuite invités à en discuter, dit-il, et ce, même si la prochaine réunion biannuelle du comité consultatif de gestion du poisson de fond ne se tiendra que l’an prochain.

IL FAUT S’Y PRÉPARER

D’ailleurs, les Madelinots doivent déjà commencer à se préparer au retour du sébaste, commente le directeur général de l’AQIP, Jean-Paul Gagné. Le sujet a fait l’objet de discussions au Rendez-vous 2015 de l’industrie de la pêche et de la mariculture qui se tenait à Lavernière, le 10 décembre. «Parce qu’il semble que, actuellement, les usines ne sont plus équipées pour transformer le sébaste, résume-t-il. Ça fait que ça vaudrait la peine de commencer à s’y intéresser immédiatement. C’est qui qui va prendre le sébaste, c’est quelle usine qui va prendre le sébaste? Ça s’en vient!»

De plus, afin de maximiser l’exploitation des espèces à faibles volumes, les industriels de l’archipel devraient également s’entendre sur la spécificité des usines, de sorte à établir où seront concentrées les productions, note monsieur Gagné. À ce propos, le directeur général du ministère des Pêches et des Océans pour la région du Québec, Patrick Vincent, se montre ouvert à l’idée de rendre obligatoire la livraison à quai de toutes les prises accidentelles, afin d’en permettre la transformation.

Cependant, il dit qu’il faudrait, de prime abord, améliorer la sélectivité des engins de pêche. «Il n’y a pas eu beaucoup d’investissements récents dans les engins de pêche, ça date beaucoup, fait-il remarquer. Ça fait que si on est capable de faire aussi du travail sur la sélectivité des engins de pêche, je pense que ce serait une avenue à prioriser. Et suite à ça, bien, comptabilisons toutes les espèces qui sont prises, débarquons-les et maximisons, à ce moment-là, le rendement de ces espèces.»

LES POISSONS DE FOND – page 26 – Volume 29,1 – Février – Mars 2016

300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Yanmar
300 x 250 Trinav
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 ZF
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Polymos
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Kohler Marine

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net