mardi, mars 5, 2024
AccueilÀ la une30 ans plus tard, Jean-Paul Gagné a toujours le feu sacré aux...

30 ans plus tard, Jean-Paul Gagné a toujours le feu sacré aux commandes de l’AQIP

L’Association québécoise de l’industrie de la pêche (AQIP) a organisé une soirée surprise, le jeudi 9 novembre, afin de célébrer son directeur général Jean-Paul Gagné qui avait soufflé ses 80 bougies quelques jours plus tôt! Cela fait aussi 30 ans qu’il dirige l’organisation créée en 1978, à tel point que son actuel président, Bill Sheehan, l’appelle affectueusement «M. AQIP». Le vice-président de l’entreprise E. Gagnon et Fils et nouvellement copropriétaire des Pêcheries Marinard raconte qu’il était encore aux études quand M. Gagné, un notaire de profession natif de Maria, est entré en fonction.

«C’est un honneur pour moi de travailler avec lui, dit-il. Jean-Paul a accompli de grandes choses pour l’association et l’industrie de la pêche lui en est très redevable. On traverse présentement des années difficiles, avec la crise dans le crabe des neiges et la crevette qui ne va vraiment pas bien. Et de le voir naviguer là-dedans, encore, après tant d’années, c’est remarquable. S’il y en a un qui a l’AQIP tatouée sur le cœur, je pense bien que c’est Jean-Paul! Quand tu parles avec lui, tu le vois dans ses yeux : c’est son association.»

Ironiquement, celui qui a ouvert le premier bureau de notaire du comté de Bonaventure et fait construire l’Auberge Honguedo, récemment transformée en résidence pour personnes âgées, ne connaissait rien au secteur de la pêche lorsqu’il a postulé à l’AQIP, aux dires de sa fille aînée Alexandra. «Mon père, c’est un entrepreneur. Il n’y a pas de pêcheurs à Maria, explique-t-elle. Mais c’est un débrouillard. Il a appris vite!»

Fait intéressant, Honguedo est un terme micmac qui signifie lieu de rassemblement. Et c’est justement la capacité de Jean-Paul Gagné à rassembler les membres de l’AQIP qui fait dire à Jean-Marc Marcoux, président d’Unipêche MDM, que l’organisation avait trouvé en lui «la perle rare», au moment de son embauche. «Jean-Paul est un homme qui a su nous rassembler et il a su garder son monde, expose-t-il. C’est un gars qui parle à tous les industriels également. Il n’y en a pas un de plus important pour lui qu’un autre, même s’il y a des gens dont l’entreprise est plus grosse. Tout le monde est égal pour lui.»

«Jean-Paul a été fort dans l’harmonie entre les membres, renchérit Raymond Sheehan, dont l’entreprise familiale est elle-même membre de l’AQIP depuis 1982. Parce que des fois ça accrochait : un voulait donner une ristourne, l’autre ne voulait pas. Ça jouait dur! Et Jean-Paul avait le doigté pour garder tout le monde à la table.»

REDRESSEMENT FINANCIER

Jean-Paul Gagné a pris en charge la direction générale de l’AQIP à une époque où l’association était en mauvaise posture financière, poursuit le président de E. Gagnon et Fils. Il souligne que c’est grâce à sa «bonne plume», que le nouveau venu a su convaincre ses producteurs membres ainsi que le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) de contribuer à redresser la situation. M. Gagné a aussi su obtenir du MAPAQ les mêmes avantages pécuniaires dont bénéficiait le monde agricole en vertu de la Loi sur les loteries, les concours publicitaires et les appareils d’amusement, ou encore rattachés à la gestion des plans conjoints. «Ça nous a donné un bon coup de barre, relate Raymond Sheehan. Il a su faire entendre la voix des pêches, et ç’a aidé l’AQIP à se financer et à bien fonctionner. Comme une des plus vieilles associations de l’industrie au Canada, on est bien reconnus, bien représentés.»

Fin négociateur, Jean-Paul Gagné est décrit comme un homme calme, crédible et respectueux. «Jamais il n’a parlé en mal des pêcheurs», soutient Jean-Marc Marcoux, malgré les relations parfois houleuses entre les deux parties. Ayant été pêcheur la grande majorité de sa vie professionnelle, le président de Pêcheries LéoMar, Christian Vigneau est d’accord. «J’ai connu les deux côtés de la médaille, et Jean-Paul a tout le temps travaillé pour le développement des régions côtières, affirme le Madelinot. Il sait qu’en travaillant pour les industriels, il travaille également pour le pêcheur. Je pense que Jean-Paul est un grand homme, avec un charisme et une connaissance au niveau des pêches et des lois, qui sera difficile à remplacer.»

D’ailleurs, l’AQIP a récemment retenu les services d’un chasseur de tête pour trouver un successeur à son directeur général en poste depuis plus d’une génération. «On est en processus de recrutement pour trouver quelqu’un pour lui donner un coup de main et préparer tranquillement la transition, expose Bill Sheehan. C’est certain que personne ne veut ça, mais il arrive un moment donné dans la vie que Jean-Paul doit aussi penser à lui, là. Il va éventuellement prendre sa retraite, mais ce n’est pas encore fait. Il est encore là à 110%! Alors, ce n’est pas pour demain matin, mais pour le moyen terme. Et encore faut-il trouver la bonne personne. On a quand même de grands souliers à chausser!»

FEU SACRÉ

Pour sa part, le principal intéressé n’a pas caché son émotion devant la trentaine de convives qui s’étaient rassemblés au restaurant Montego de Sillery pour célébrer ses 80 ans. Alors qu’il croyait n’avoir été invité par un de ses membres que pour aller prendre une bière, M. Gagné admet que la surprise a été totale.

«J’ai trouvé que c’était une reconnaissance extraordinaire de la part de mes gens. J’avais des gens des Îles-de-la-Madeleine, de Gaspé, Rivière-au-Renard, Grande-Rivière, d’un peu partout. Il y avait même l’ancien ministre des pêches, Laurent Lessard, qui m’attendait. J’ai eu plein de cadeaux et à travers les cadeaux, ce qui est remarquable, c’est la reconnaissance des gens, insiste le dg de l’AQIP. On dit que je méritais cette appréciation-là, mais moi, je ne m’attendais pas à ça du tout.»

Lui qui se présente au bureau tous les matins dès 6 h 45 et ce, jusqu’à 15 h, dit que c’est l’amour de son travail et son intérêt pour l’Association québécoise de l’industrie de la pêche qui le motivent toujours et encore. «Je pense qu’il y a des moments que je prends ça plus à cœur que certains de mes membres!, nous confie-t-il. Mais ça fait partie de moi. J’ai toujours été comme ça. C’est mon caractère, c’est ma mentalité. Ça fait que j’aime toujours ce que je fais et c’est pour ça que je suis toujours là.»

En 30 ans de parcours à la direction générale de l’AQIP, Jean-Paul Gagné se déclare tout particulièrement fier d’avoir obtenu du gouvernement du Québec un crédit d’impôt sur la masse salariale de toutes les usines de transformation de poissons et de fruits de mer. Il se félicite de ce que la mesure adoptée il y a une douzaine d’années, d’abord de 20% puis ajustée à la baisse à 15%, soit toujours en vigueur. «C’était exactement ce qu’on avait demandé, relate-t-il. C’est quelque chose qui est renouvelable aux trois ans, quoi que la dernière fois ç’a été accordé pour cinq ans. C’est un bel accomplissement. Certaines entreprises peuvent aller chercher un crédit d’impôt qui peut atteindre le million [de dollars], en fin d’année. Sur la masse salariale, ça vaut la peine!»

M. Gagné convient également, comme l’a relevé ci-dessus Raymond Sheehan, que le redressement des finances de l’organisation a aussi été un de ses principaux faits d’armes. «C’était [tellement] tranquille au point de vue financier, la première année où je suis arrivé ici, qu’ils n’ont même pas pu me donner le salaire promis parce que les fonds n’étaient pas là! Ça fait qu’on a remonté ça tranquillement avec l’aide du personnel et surtout des industriels, qui se sont soumis à toutes sortes de demandes que je leur ai faites. Et ç’a fonctionné.»

REPÈRE – page 31 – Volume 36,5 Décembre 2023-Janvier 2024

300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 CNESST
300 X 250 Harnois Énergies
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Polymos
300 x 250 Trinav
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Chantier naval Forillon
helene.fauteux@icloud.com'
Hélène Fauteux
Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.
ARTICLES RELIÉS
- Annonceurs -
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Polymos
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Desjardins
300 x 250 Trinav
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Harnois Énergies
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Chantier naval Forillon
300 X 250 CNESST
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Wajax MTU

POPULAIRES