60 postes à combler à l’IML d’ici 2020

Actualités, Nouvelles, R&D
0

L’Institut Maurice-Lamontagne devra combler une soixantaine de postes d’ici 2020, dont le tiers sont des départs à la retraite. C’est un renouvellement d’effectifs qui changera le visage du centre de recherche de Mont-Joli, dont c’est le 30e anniversaire cette année.

Le directeur général de l’IML, Yves de Lafontaine, précise que les réinvestissements du gouvernement Trudeau en sciences se traduisent par une quarantaine d’embauches en deux ans. Ainsi, dans la foulée du budget 2016, 19 postes ont été créés pour supporter les évaluations scientifiques, le suivi des conditions océanographiques, le développement durable de l’aquaculture et pour contrer la problématique des espèces envahissantes en eau douce. Monsieur de Lafontaine parle d’une remise à flot après les coupes budgétaires des années Harper. «Principalement, on a rehaussé beaucoup le domaine de la gestion des pêches, dit-il. Tout le support scientifique à l’évaluation de la ressource avait été coupé de façon importante dans les années précédentes.»

De plus, cette année, le ministre des Pêches et des Océans a annoncé un investissement d’un milliard et demi de dollars sur cinq ans dans le nouveau Plan de protection des océans. Dix des 20 postes qui en découlent à l’IML sont affectés au service hydrographique, afin de combler les lacunes de cartographie du passage du Nord-Ouest que facilitent les changements climatiques. «Ça va nécessiter un apport additionnel de recherche et d’efforts pour baliser cette future voie de navigation dans le Nord, explique Yves de Lafontaine. Donc, l’investissement vise prioritairement le développement de cartes marines et d’outils de navigation.»

Dans le cadre du Plan de protection des océans, les nouvelles recrues de l’Institut Maurice-Lamontagne auront aussi pour mandat de réduire les risques d’impact de la navigation sur les mammifères marins et d’affiner la modélisation des courants pour mieux cibler les interventions en cas de déversement de produits toxiques dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent.

RECHERCHE SCIENTIFIQUE – page 26 – Volume 30,4 – Septembre-Octobre-Novembre 2017

300 x 250 Trinav
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 x 250 Notus
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Polymos
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 CNESST
300 X 250 ZF

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net