Appâts alternatifs : sur une bonne piste, mais encore loin de la coupe aux lèvres

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Merinov vient de compléter deux années de travaux pour développer un appât  alternatif efficient pour la pêche au homard. La professionnelle de recherche, Pascale Chevarie, explique qu’on est sur une bonne piste, mais qu’il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

La difficulté, c’est qu’au contraire du crabe des neiges, qui reste emprisonné dans le casier dès qu’il y entre, le homard, lui, a la capacité d’en ressortir. «Donc, on travaille sur le homard en premier pour, après ça, on espère, être capables de transférer les éléments qu’on aura découverts aux pêcheries du crabe», dit-elle.

50 % DE RENDEMENT  

Des 12 agents attractifs étudiés, allant du hareng fumé au phoque, en passant par le sébaste, trois sont retenus après avoir été testés en bassin et en mer, en 2017. Amalgamés sur une matrice à base d’algues ou d’amidon, ils ont fait l’objet  d’expériences en situation de pêche commerciale, le printemps dernier, aux Îles-de-la-Madeleine, en Gaspésie et sur la Côte-Nord.

«Ce qu’on vérifiait, en fait, c’était les rendements en capture de nos appâts alternatifs en comparatif avec un appât traditionnel de maquereau, précise Mme Chevarie. En termes de résultats, au maximum, on a atteint 50 % des rendements de capture. Ce n’est pas aussi bon; je ne vous cacherai pas qu’on est un peu déçu par ces résultats.»

Cela dit, l’équipe de Pascale Chevarie conserve son optimisme, assure la professionnelle de recherche, selon qui plusieurs pistes d’optimisation sont sur la table. Elle explique, entre autres, que les appâts développés jusqu’à présent pourraient probablement être utilisés sur plusieurs journées. Elle prévoit des tests quantitatifs pour vérifier cette hypothèse.

SECRET INDUSTRIEL  

Merinov se garde toutefois de dévoiler la formulation chimique de ces trois appâts les plus prometteurs, qui doit rester un secret industriel, précise Mme Chevarie. «Comme plusieurs projets de Merinov, le but ultime c’est de faire des transferts technologiques, dit-elle. Il n’y a pas encore d’ententes de conclues avec des entreprises spécifiquement, mais, ultimement, une prochaine étape sera d’adapter les procédés de fabrication pour une production pilote, puis, après ça, pour une production commerciale.»

Tous les coproduits analysés – les 12 du départ – étaient de source animale, concède néanmoins la biologiste. Aussi se   limite-t-elle à révéler que celui qui était le moins intéressant était à base de porc. «Les coproduits marins ont certainement une meilleure attractivité pour le homard que les coproduits terrestres», conclut Pascale Chevarie.

TRAVAUX D’OPTIMISATION

Merinov est maintenant en attente d’un appui de l’industrie, pour poursuivre ses travaux de recherche et développement sur les appâts alternatifs, à partir des résultats acquis. Mme Chevarie espère passer à l’étape d’optimisation, afin d’en vérifier la réutilisation à long terme. «Il y a aussi des facteurs de gélification de la matrice qu’on veut aller observer, pour avoir une constance dans la fabrication des appâts, entre les différents lots. Puis, après ça, bien, ce sera d’adapter les procédés de fabrication pour, éventuellement, arriver à une échelle commerciale.»

La maximisation des recettes d’agents attractifs fait aussi partie d’un prochain projet. Il faudrait prévoir au moins deux ans pour cette étape d’optimisation, souligne la biologiste.

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT – page 28 – Volume 32,1 Février-Mars 2019

300 X 250 AssurExperts Clovis Morris
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Desjardins
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Électro-Démarreur
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 CNESST
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Pétroles Poirier
300 x 250 Trinav
300 X 250 Marentrack
300 x 250 Notus
300 X 250 ZF
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Latitude Marine
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Polymos

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net