Avec des captures de homard en hausse de 13 %, les madelinots établissent un nouveau record au débarquement

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Les pêcheurs de homard des Îles-de-la-Madeleine ont livré à quai 11 822 712 livres de crus-  tacés, cette saison. Selon les données du ministère des Pêches et des Océans (MPO), il s’agit d’une hausse de 13 % par rapport à 2018. Quant au prix plancher moyen payé au débarquement, il s’établit à 6,68 $ la livre contre 6,56 $, un an plus tôt. Cela représente une amélioration modeste de moins de 2 %.

NOUVELLE SAISON RECORD

«C’est une excellente saison; la meilleure depuis 36 ans que je pêche!, commente Dany Longuépée de l’Étang-du-Nord.» Le capitaine du HÉLÈNE DANY dit enregistrer une hausse personnelle de ses débarquements de 20 %, soit d’environ 8 000 livres. «Je n’ai jamais rêvé que j’aurais une telle saison quand j’ai commencé, il y a 14 ans, raconte pour sa part le capitaine du LIAM’S LEGACY de Grosse-Île, Steve Burke. À l’époque, 20 000 livres c’était bon, et maintenant, plusieurs ont entre 30 000 et 50 000 livres. Ça donne des rendements quotidiens de près de 1 000 livres par jour; c’est beaucoup!»Yves Bénard de Pointe-aux-Loups calcule, lui aussi, que ses prises sont en hausse de 20 %, avec un volume de 6 000 à 7 000 livres supérieur au total de sa saison précédente. «Il y a des petits et des raveuses en masse partout, souligne le capitaine du PEPÉ FLO. C’est très bon signe pour les années à venir. Ça va être bon pour une couple d’années encore, à moins que la ressource ne se déplace vers d’autres régions.» M. Bénard, tout comme son confrère Roberto Bourgeois de Millerand, croit que la zone 22 des Îles-de-la-Madeleine profite d’une migration du homard du sud vers le nord. «Est-ce qu’il nous vient du Maine ou est-ce qu’on récolte le fruit de nos efforts de conservation?, se questionne le capitaine du TRÉSOR DU GOLFE. Ce qui est clair, c’est qu’il y a une hausse généralisée des captures dans le nord du golfe et c’est bien dur à dire à quoi on doit l’attribuer.» M. Bourgeois affirme avoir lui-même 25 % plus de prises que l’an  dernier. «C’est pas mal du tout!», concède-t-il.

UNE BELLE SAISON

Gabriel Chiasson de Cap-aux-Meules croit que c’est une combinaison de facteurs, incluant les changements climatiques et la belle météo tout au long de la saison 2019, qui a contribué à son meilleur bilan en carrière. Le capitaine du PIERRE CHARLES rapporte avoir un rendement de 5 000 livres plus élevé que celui de 2018. «On a eu un beau printemps, souligne-t-il; on n’a pas eu trop de vent, et seulement une ou deux petites tempêtes.» «J’ai trouvé la température vraiment, mais vraiment merveilleuse, enchaîne Achille Chiasson, capitaine du COBRA II de la Pointe-Basse, dont les captures s’élèvent à 33 000 livres. On n’avait pas vu ça depuis longtemps. Pour pêcher, on n’a pas eu de pluie, pas de vent; tout au plus deux, trois tempêtes. C’était une belle, belle saison!»

UN PRIX QUI A DU BON SENS

«C’était définitivement une bonne saison, renchérit Jesse Dickson, pêcheur de homard de l’île d’Entrée; ma meilleure en carrière! On a eu de la belle température, je n’ai perdu qu’une seule journée, et quant au prix, j’imagine qu’on ne peut pas se lamenter.»  Ce capitaine du GRAND DAD’S LAD préfère toutefois ne pas commenter les statistiques du MPO, selon lesquelles les débarquements de son port d’attache étaient en hausse de 19 % par rapport à la saison 2018. Le capitaine du SMOKEN’ OAKUN de Havre-Aubert, qui pêche plus ou moins dans le même secteur, Denis Cyr, note que le prix moyen de 6,68 $ la livre «a encore du bon sens». «C’est mieux une augmentation qu’une baisse, dit-il. 1,8 % de hausse par rapport à l’an dernier ce n’est pas beaucoup. Mais ça a du bon sens. Tout le monde est satisfait de son année!» Cela dit, M. Cyr parle aussi d’une légère augmentation de ses captures par rapport à l’année précédente, qui était déjà très bonne, à son avis. Enfin, du côté de Grande-Entrée, Roger Cyr, note également une stabilité par rapport à sa saison record 2018. Quant au prix, il dit «ça me ‘fit’». Le capitaine du JEAN YANICK rappelle qu’il a eu 1,97 $ la livre quand il a commencé à pêcher. «On voudrait toujours en avoir plus, mais on en a assez pour «tougher» jusqu’à l’année prochaine, assure-t-il. On a passé à travers nos dettes, tout le monde a été payé et on en a placé un peu. Tout le monde est content avec ça!»

 

LES ÎLES-DE-LA-MADELEINE – page 9 – Volume 32,4 Septembre-Octobre-Novembre 2019

300 X 250 Raymarine
300 x 250 Trinav
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Mirapakon
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 BAPAP
300 X 250 ZF
300 X 250 Polymos
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Chantier naval Forillon
300 X 250 Kohler Marine

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux

Hélène Fauteux, journaliste et coordonnatrice de la salle des nouvelles de CFIM, la radio communautaire des Îles-de-la-Madeleine depuis 29 ans. Je collabore à Pêche Impact depuis les premières heures du journal. Diplômée de l'Université Concordia, à Montréal, où je me suis spécialisée en presse électronique, au sein des facultés de communication et de journalisme. J’ai fait mes premières armes dans la presse écrite pendant mes études, au Canada français, à l'hebdo du Haut-Richelieu. Depuis j’habite dans l'archipel madelinot où elle j’ai épousé un pêcheur de homard et j’ai développé une solide expertise du secteur des pêches et de la mariculture, épine dorsale de l'économie locale.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net