Bernadette Jordan, nouvelle ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Le premier ministre Justin Trudeau a suivi la tradition de l’alternance Pacifique – Atlantique en nommant Bernadette Jordan ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, le 20 novembre dernier. La députée néo-écossaise de South Shore – St. Margaret’s, au sud de Halifax, succède au Britanno-Colombien Jonathan Wilkinson.

Mme Jordan, qui a été élue pour la première fois en 2015, siégeait au conseil des ministres du gouvernement libéral depuis janvier dernier, à titre de responsable du Développement économique rural. Elle a aussi présidé le Comité permanent des pêches et des océans. De plus, elle a contribué à l’élaboration du Plan de protection des océans, visant, entre autres, à régler le problème des bateaux négligés ou abandonnés.

«Bernadette Jordan vient d’un milieu de pêche, note Paul Boudreau, porte-parole des crabiers traditionnels madelinots. Elle va savoir de quoi elle parle.» «Ça ne peut effectivement pas faire de tort, qu’elle soit en poste en Nouvelle-Écosse, convient Marcel Cormier, président de la Fédération des pêcheurs semi-hauturiers du Québec. Elle peut apporter quelque chose de positif pour les quotas de poissons et la surveillance des pêcheries, en étant conseillée par les pêcheurs et les gens de l’industrie.»

Baleines noires     

Il ressort également des commentaires recueillis auprès de représentants de l’industrie de la capture, sur la nomination de Mme Jordan, que le dossier des baleines noires est au cœur de leurs préoccupations.

«Nous espérons qu’elle va savoir défendre les intérêts canadiens vis-à-vis des lobbies américains, souligne Paul Boudreau. Il faut que la gestion soit plus réaliste pour que l’industrie puisse continuer d’opérer. Par exemple, on s’attend à ce que la nouvelle ministre élimine la zone statique (où la pêche au crabe des neiges du sud du Golfe est interdite) qui n’a plus sa raison d’être.»

De son côté, le président du Rassemblement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles (RPPCÎ), Charles Poirier, s’attend à ce que les homardiers soient bientôt assujettis à l’identification de leurs cordages de pêche, comme le sont déjà les crabiers. «Ça s’en vient, dit-il, et on essaie de faire repousser ça à 2021, parce que plusieurs pêcheurs ont déjà préparé leur gréement pour la saison prochaine.» Le président du RPPCI, qui sollicitera une rencontre avec la ministre Jordan pour la sensibiliser à cet effet, dit aussi espérer qu’elle parle français.

Daniel Desbois, président de l’Association des crabiers gaspésiens (ACG), souhaite pour sa part que Mme Jordan mette tout en œuvre pour que le déglaçage des ports et l’ouverture de la pêche soient accélérés. «Ça a fait du surplace pas mal, cette année, déplore-t-il. Nous espérons que la nouvelle ministre soit efficace le plus vite possible, parce qu’il y a des choses qui pressent pour nous.»

Quant à O’neil Cloutier, président de l’Alliance des pêcheurs professionnels du Québec (APPQ), il se passe de commentaires au sujet de la nomination de Bernadette Jordan au porte-feuille des Pêches et des Océans. «Je ne la connais pas», se limite-t-il à dire.

NOMINATION – page 22 – Volume 32,5 Décembre 2019 – Janvier 2020

300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 ZF
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 BAPAP
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 x 250 Trinav
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Polymos
300 X 250 Mirapakon
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Chantier naval Forillon

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux

Hélène Fauteux, journaliste et coordonnatrice de la salle des nouvelles de CFIM, la radio communautaire des Îles-de-la-Madeleine depuis 29 ans. Je collabore à Pêche Impact depuis les premières heures du journal. Diplômée de l'Université Concordia, à Montréal, où je me suis spécialisée en presse électronique, au sein des facultés de communication et de journalisme. J’ai fait mes premières armes dans la presse écrite pendant mes études, au Canada français, à l'hebdo du Haut-Richelieu. Depuis j’habite dans l'archipel madelinot où elle j’ai épousé un pêcheur de homard et j’ai développé une solide expertise du secteur des pêches et de la mariculture, épine dorsale de l'économie locale.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net