La capture du homard affectée par une série de facteurs météorologiques

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Le biologiste Benoît Bruneau de l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) qualifie d’atypique une partie de la saison 2016 de pêche au homard des Îles-de-la-Madeleine. Il note qu’une série de facteurs météorologiques, dont l’eau froide et le vent dominant du nord qui l’a brouillée en début de printemps, ont affecté la capacité de capture du crustacé.

Monsieur Bruneau dit aussi que la ressource avait moins faim parce qu’elle était déjà bien en chair, avec un indice de taux de protéines parfois supérieur à 10, contre un taux habituel de sept ou huit. Le responsable du suivi scientifique du stock des Îles attribue ce phénomène à la température plus élevée que la normale après la mue de l’automne dernier. «C’était des conditions où ce que [sic] le homard pouvait s’alimenter davantage et il pouvait être plus actif, avec des températures plus élevées, explique-t-il. Et, dans ces conditions-là, au printemps l’eau est plus froide, hein? Alors, un homard qui est mature dans sa carapace, bien, il va tendre à avoir un comportement relié à la température qui est moins agressif pour chasser et s’alimenter.»

Malgré tout, bien qu’inférieures de plus du quart par rapport aux débarquements records de 2015, les prises 2016 sont de 6% à 7% supérieures à la moyenne des 25 dernières années, signale le biologiste de l’IML. «Et elles sont légèrement en dessous de la période des huit dernières années, précise-t-il. Mais, c’est quand même des valeurs qui sont très similaires à ce qu’on peut retrouver en 2011-2012 et 2013 qui étaient des années plus normales en termes de capturabilité [sic].»

L’abondance des captures de la dernière semaine de pêche est d’ailleurs un autre signe que la biomasse du stock de homard des Îles est forte, affirme Benoît Bruneau. Les pêcheurs ont alors livré à quai 227 tonnes de homard. C’est 13% de plus qu’à pareil-le date il y a deux ans; la saison 2014 se classant elle-même au-delà de la moyenne des huit dernières années.

Réf.: LES ÎLES-DE-LA-MADELEINE – page 19 – Volume 29,4 – Aout – Septembre 2016

300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Polymos
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 x 250 Trinav
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 ZF
300 x 250 Conception navale FMP

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux
hfauteux@hotmail.com'

Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net