La pression de la surpêche autour des Îles-de-la-Madeleine désavantage les crabiers madelinots de la zone 12

Actualités, Nouvelles, Pêche
0

Les crabiers madelinots de la zone 12 du sud du golfe ont dû laisser 10 % de leur quota 2019 à l’eau, contre 1 % l’an dernier, à cause de la fermeture hâtive de la pêcherie pour protéger les baleines noires. Selon les données préliminaires de Pêches et Océans Canada, cela correspond à 195 000 livres sur un quota global de 1 275 tonnes, incluant les allocations temporaires.Le porte-parole des crabiers traditionnels des Îles-de-la-Madeleine, Paul Boudreau, calcule la perte, à 5,75 $ la livre, à 1,7 million de dollars. «C’est quand même majeur, dit-il. La pression de la surpêche autour des Îles, avec la fermeture pour les baleines un peu partout dans le golfe, a fait en sorte qu’aux Îles la pêche est de plus en plus difficile. Il reste moins de crabe sur le fond.»

MAIN-D’ŒUVRE ÉTRANGÈRE

De son côté, la présidente-directrice générale de l’entreprise La Renaissance des Îles, Lynn Albert, affirme que tous ses pêcheurs ont eu le temps de capturer leur quota 2019, en hausse du tiers par rapport à l’année précédente. Elle se déclare d’ailleurs très satisfaite du bilan de la saison de transformation du crabe des neiges qui a pris fin le 30 juin. Cinquante-cinq travailleurs étrangers, soit 20 de plus que l’an dernier, comptaient pour plus des deux tiers des 80 employés de l’usine de Grande-Entrée. C’est à regret, souligne Mme Albert, que cettemain-d’oeuvre mexicaine embauchée pour une troisième année consécutive a graduellement quitté l’archipel en cours d’été. «On a bien produit comme à l’habitude, commente-t-elle. La plupart des gens, c’est les mêmes qui reviennent année après année. On a eu un party et je pense qu’ils partent à reculons, oui.» Pour la saison de pêche 2020, l’industrie réitère sa demande pour qu’elle commence dès les premiers jours d’avril, précise Paul Boudreau. Des discussions en ce sens ont fait l’objet d’une rencontre fédérale-provinciale présidée par le ministère des Pêches et des Océans, à Moncton, le 28 août dernier. «La meilleure gestion que le Ministère peut faire pour les baleines, c’est de faire pêcher le plus de quota possible avant que les baleines arrivent, insiste le porte-parole des crabiers traditionnels madelinots. Il n’y a rien de plus facile ou de mieux pour gérer la pêche avec les baleines; c’est de pêcher quand les baleines ne sont pas là.»

RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT

Parallèlement, les projets de recherche et développement Crabiers pour les baleines se poursuivent pour une deuxième année consécutive. Financés par les gouvernements du Canada et du Nouveau-Brunswick, à hauteur de 2 millions de dollars sur trois ans, ils visent à maximiser la pêcherie tout en protégeant les mammifères menacés de disparition. Or, déjà, les tests amorcés l’automne dernier avec les casiers sans cordages démontrent que cette technologie est encore loin d’être efficace, indique Robert Haché, directeur général de l’Association des crabiers acadiens. «Penser que ça va être un système réglementé et mis en place par le ministère canadien des pêches ou encore par la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Agency), aux États-Unis, dans un avenir rapproché, c’est complètement irréaliste, avance-t-il. On ne pourra jamais, je pense, l’étendre à l’ensemble d’une pêcherie avec des milliers de casiers. Ça créerait un problème énorme.»  Cela dit, M. Haché croit que cette technologie sans cordage pourrait éventuellement être utile pour une pêcherie limitée à l’intérieur des quadrilatères de protection des aires d’alimentation des baleines noires. De plus, il rappelle que 14 autres innovations font aussi l’objet d’expériences en mer et en bassin contrôlé, tel qu’un système d’avertisseur à distance pour signaler l’empêtrement d’une baleine dans un cordage. «Si la baleine s’est prise dans la bouée et si la bouée bouge, alors il y a des systèmes de senseurs qu’on va mettre sur les bouées, qui vont nous permettre de faire ce genre de test-là. En fait, si la bouée bouge, ça veut dire qu’il y a soit une baleine qui est prise dans un câble ou qu’il y a un bateau qui est en train de pêcher ton crabe!» Les conclusions préliminaires de ces travaux de recherche et développement seront présentées à la prochaine réunion du comité consultatif de gestion du crabe des neiges du golfe, en février 2020. Selon Robert Haché, elles feront aussi l’objet d’un atelier Canada-États-Unis, avant la tenue de cette rencontre annuelle.

 

LE SUD DU GOLFE – page 7 – Volume 32,4 Septembre-Octobre-Novembre 2019

300 X 250 Entreprises Léo Leblanc
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Wajax MTU
300 x 250 Trinav
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 BAPAP
300 X 250 Hydraunav
300 X 250 Mirapakon
300 X 250 Chantier naval Forillon
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 ZF
300 X 250 Polymos
300 X 250 Raymarine
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Wajax Volvo Penta

À propos de l'auteur : 

Hélène Fauteux

Hélène Fauteux, journaliste et coordonnatrice de la salle des nouvelles de CFIM, la radio communautaire des Îles-de-la-Madeleine depuis 29 ans. Je collabore à Pêche Impact depuis les premières heures du journal. Diplômée de l'Université Concordia, à Montréal, où je me suis spécialisée en presse électronique, au sein des facultés de communication et de journalisme. J’ai fait mes premières armes dans la presse écrite pendant mes études, au Canada français, à l'hebdo du Haut-Richelieu. Depuis j’habite dans l'archipel madelinot où elle j’ai épousé un pêcheur de homard et j’ai développé une solide expertise du secteur des pêches et de la mariculture, épine dorsale de l'économie locale.

Nos partenaires

ÉPAQ
MAPAQ
AQIP
Comité sectoriel de main d'oeuvre des pêches maritimes

Abonnez-vous

Connexion des abonnés

Lost Password?

Réseaux sociaux

Nous Contacter

Journal Pêche Impact

167, Grande-Allée Est
Grande-Rivière (Québec) G0C 1V0

Téléphone : (418) 385-2126
Télécopieur : (418) 385-2888

Courriel : pecheimp@globetrotter.net