dimanche, janvier 29, 2023
AccueilNouvellesActualitésVentes de crabe des neiges et de homard transformés : le marché...

Ventes de crabe des neiges et de homard transformés : le marché américain pourrait demeurer encore timide en 2023

Le réputé analyste de Boston, John Sackton, prévoit que la dépréciation de la valeur du crabe et du homard enregistrée en 2022 se maintiendra l’an prochain. Il explique que les prix sans précédent atteints en 2021 ont découragé les consommateurs à plus faible revenu qui se sont tournés vers des produits moins dispendieux, comme la crevette, les huîtres, les moules et le saumon. «Il en résulte que les transformateurs et les emballeurs ont beaucoup de crabe et de homard invendu. Les entrepôts du marché de Boston qu’on disait pleins cet été le sont toujours. Et ça fait baisser les prix pour les nouveaux produits qui sortent des usines.»

Au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse où la plus importante pêche au homard du pays s’étend de la fin novembre au début mai, le prix au débarquement n’était que de 6 $ à  6,50 $/lb à l’ouverture de la saison, contre 13 $/lb à pareille date l’an dernier. Quant au crabe des neiges du Canada, dont le prix a chuté de 60 % cette année, M. Sackton affirme qu’il s’agit de son pire effondrement en 30 ans. «Et mon inquiétude c’est que le printemps prochain on n’ait toujours pas écoulé les inventaires», dit-il.

D’ailleurs, l’indice de confiance des consommateurs américains est à son plus bas en 40 ans, selon John Sackton. Tandis que l’an dernier ils étaient stimulés par les mesures gouvernementales de soutien des ménages en confinement, en raison de la pandémie de COVID-19, voilà que la hausse des taux d’intérêt, le prix de l’énergie et la guerre en Ukraine les ébranlent. «Tous ces vents contraires font qu’il est difficile pour les consommateurs de payer davantage pour le crabe et le homard.»

La récession potentielle et la baisse des dépenses des consommateurs ont notamment fait baisser de plus du tiers la demande pour la chair et les queues de homard par rapport à l’automne 2021. De l’avis de M. Sackton, on doit donc s’attendre à moins de transformation en usine le printemps prochain et à plus de homard vivant sur le marché. «Peut-être certaines usines vont-elles opérer moins longtemps l’an prochain et elles ne vont assurément acheter qu’à un très faible prix. Et oui, ça va avoir un impact à la baisse sur les prix payés à quai.»

CCH OPTIMISTE

Or, malgré ces sombres constats, le Conseil canadien du homard (CCH) reste optimiste pour l’année 2023. C’est ce qu’affirme son directeur général, Geoff Irvine, qui souligne que les captures canadiennes ont atteint un seuil record tant en volume qu’en prix en 2022, avec des débarquements de plus de deux milliards livres d’une valeur de plus de 3,2 milliards $ à l’exportation.

«Il est vrai que la demande pour la chair et les queues de homard congelées est à la baisse, concède-t-il, mais pour le homard vivant ça reste pas si mal. Alors, je dirais qu’après avoir connu un marché très fort durant l’année et demi de pandémie, nous sommes en ajustement. Il y a des défis pour les mois à venir, soit, mais il y a aussi beaucoup d’inconnus, dépendamment de ce qui va se passer en Chine, en Europe et en Amérique du Nord.»

Ainsi, le marché monte et descend, souligne Geof Irvine, et le mandat du CCH fondé en 2010 est justement de développer des stratégies de promotion et de marketing du homard pour s’assurer d’en préserver les débouchés. «On ne panique pas, dit-il. On espère pour le mieux et je pense que tous réalisent que nous sommes dans un monde différent de ce qu’il était il y a un an. La pandémie nous a démontré à quel point nous étions dépendants des États-Unis et l’importance de diversifier nos marchés. Et il y a beaucoup de chose qui se passent en ce sens. Nous vendons le homard canadien dans 60 pays!»

LES MARCHÉS – page 20 – Volume 35,5 – Décembre 2022 – Janvier 2023

300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 Polymos
300 X 250 ZF
300 X 250 Yanmar
300 x 250 Trinav
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Marindustriel
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Marentrack
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Hydraunav
hfauteux@hotmail.com'
Hélène Fauteux
Hélène Fauteux est diplômée en communications et journalisme de l'Université Concordia. Établie aux Îles-de-la-Madeleine depuis 1986, elle a développé une solide expertise en matière de pêche et de mariculture.
ARTICLES RELIÉS
- Annonceurs -
300 X 250 Techno Soude Marine
300 X 250 Desjardins
300 X 250 Kohler Marine
300 X 250 Polymos
300 X 250 Hydraunav
300 x 250 Conception navale FMP
300 X 250 Fonds régionaux de solidarité FTQ
300 X 250 Wajax Volvo Penta
300 X 250 Diesel-Bec
300 X 250 Entreprises Shippagan Ltée
300 X 250 Wajax MTU
300 X 250 Pétroles Poirier
300 X 250 Mackay Marine
300 X 250 ZF
300 X 250 Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan
300 X 250 Yanmar
300 X 250 Marindustriel
300 x 250 Trinav
300 X 250 Marentrack

POPULAIRES